Haiti: Ariel Henry… y a-t-il un pilote dans le cockpit ?

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le mercredi 20 octobre 2021, les enfants ont repris le chemin de l’ecole, le grand commerce ses activites, sur fond de penurie d’essence. Rien n’indique que la zone metropolitaine et plusieurs villes du pays — a l’initiative de syndicats de transport en commun et d’autres groupes organises — ont fait la greve pendant deux jours pour forcer les autorites a lutter contre l’insecurite, contre le kidnapping.

Ni le Premier ministre de facto, le Dr Ariel Henry, ni le chef de la police, Leon Charles, n’ont pris acte de la colere qui gronde pour que l’on tienne en respect les gangs, comme ceux, qui, au Pont-Rouge, le 17 octobre, les avaient fait detaler comme des lapins a coups de fusils automatiques sans fleurir le mausolee du pere fondateur de la patrie, l’empereur Jacques 1er. Le compte Twitter du Premier ministre Henry, chef du Conseil superieur de la police nationale (CSPN), a d’autres actualites comme la signature d’un contrat qui fait foncer certains sourcils pour la construction d’un nouveau pont sur la riviere Grand’Anse ou ces sympathies au peuple americain apres le deces du general Colin Powell, 84 ans, ex-secretaire d’Etat americain.

Sans savoir si le silence ou l’indifference des chefs est agremente d’apartes dans lequel on revisite Paul Misraki, auteur en 1935 de <>, un autre groupe de professionnels, l’Association de chauffeurs de produits petroliers haitiens (ACPPH), a remis une couche en confirmant dans la presse l’entree en greve ce jeudi. La cause est la meme: pour dire non a l’insecurite.

Les transporteurs de produits petroliers vivent avec la peur au ventre, sont kidnappes quand ils ne sont pas tues, a temoigne le porte- parole de cette association, Jean Jacquelin Dupre. <>, a-t-il confie a radio Kiskeya. Ce debrayage qui ajoute encore plus de nervosite chez les consommateurs, dont des chauffeurs de moto taxi qui ont bloque des routes a Port-au-Prince et dans d’autres villes de province ce mercredi, a une cause connue depuis un bail par le Premier ministre Ariel Henry, le chef de la police, Leon Charles, les ministres de la Justice et de la Securite publique, du Commerce et des Finances. L’insecurite autour des terminaux, le vol devenu ces dernieres semaines systematique des camions transportant des produits petroliers ont ete exposes avec les preoccupations et exasperations par des acteurs de l’industrie petroliere.

L’Association des professionnels du petrole (APPE), il y a plus d’un mois, dans une lettre en date du 7 septembre 2021, avait attire l’attention du ministre de la Justice et de la Securite publique, Rockefeller Vincent, <>. <>, lisait-on dans la lettre de l’APPE. <>, selon cette lettre signee par Randolph Rameau, president de l’APPE. Les entreprises, via des associations patronales, avaient elles aussi sollicite une rencontre.

<>, avaient ecrit les responsables de l’ADIH, de la CCIO et de l’Amcham.

<>, avaient indique les signataires de cette lettre en date du 1er octobre 2021.

La rencontre a eu lieu, des promesses ont ete faites, comme ce mercredi par le directeur du BMPAD, Ignace St Fleur, sur Scoop Fm, pour la creation d’un task force en vue de se pencher sur le grave probleme de securite a l’origine du debrayage annonce des transporteurs de produits petroliers. Cependant, le PM Henry et l’appareil de securite publique ne peuvent plus faire illusion.

La claque Blinken

Apres la caricature dans le Washington Post montrant des gangs armes de fusils automatiques americains et d’une machette avec en legende <>, le secretaire d’Etat americain, Antony Blinken, interroge par des journalistes, dont celui de Reuters a Quito, en Equateur, sur la situation des 16 americains et du Canadien kidnappes depuis samedi, a qualifie d’insoutenable le fait que des gangs controlent des parties de Port-au-Prince.

Les gouvernement des Etats-Unis se focalise sans relache sur le kidnapping de ces 17 personnes, dont 16 ressortissants americains, et est communication constante avec la PNH et l’eglise des missionnaires, a confie Antony Blinken a des journalistes a Quito, en Equateur pendant une rencontre avec le chancelier de ce pays. <>, a dit Antony Blinken, en reference a des gangs qui controlent des parties de Port-au-Prince.

SDP donne un ultimatum au PM Henry

Entre-temps, ce mercredi aussi, le Secteur democratique et populaire (SDP), qui s’est jete dans les bras du PM Ariel Henry, s’est fendu d’un ultimatum. En application de l’accord du 11 septembre, le PM Henry a jusqu’au 1er novembre pour mettre en place un <> et renvoyer le DG de la PNH, Leon Charles. Sinon, a dit Me Andre Michel, <>.

<>, a soutenu l’ex-senateur Nenel Cassy du SDP, structure vertement critiquee pour avoir rejoint Ariel Henry que l’on presente comme pion de l’ex-president Michel Martelly et executeur du testament politique du feu president Jovenel Moise. L’ex-senateur du Sud Yvon Feuille y est alle lui aussi de ses tacles et avertissements au PM Henry. <>, a dit l’ex-senateur, qui a prevenu, sur radio Kiskeya, que sa <>.

En interview au Nouvelliste la semaine derniere, le Premier ministre Ariel Henry avait indique que le nouveau gouvernement serait mis sur pied dans quinze jours. Pour le moment, personne ne sait si cette envie ou ce projet s’achoppe a l’appel des Americains a ce qu’il y ait un gouvernement issu d’un large consensus avec des acteurs politiques et de la societe civile ou si on est a l’heure des grandes manoeuvres, des tensions provoquees par la reparation du pouvoir, des duperies, des doubles jeux alors que le PM Henry boucle ses 90 jours au pouvoir, sans resoudre les problemes qui minent la vie des Haitiens: insecurite, carburant, lutte contre la pauvrete, relevement du grand Sud apres le seisme…au point que l’on se demande s’il y a un pilote dans le cockpit de l’avion Haiti…