Haiti condamne les propos “racistes” de Trump a l’egard des migrants

Haiti a denonce samedi les propos “racistes” de l’ancien president americain Donald Trump, qui a assure que l’entree de migrants de ce pays aux Etats-Unis mettait les Americains en danger face a la pandemie de sida.

“Haiti a un enorme probleme avec le sida. Beaucoup de ces personnes ont probablement le sida et elles entrent dans notre pays et nous ne faisons rien”, a declare l’ancien president americain sur Fox News. “C’est comme un voeu de mort pour notre pays.”

Selon les donnees de la Banque mondiale, la prevalence du VIH dans le pays des Caraibes est en diminution constante depuis ces quinze dernieres annees et est estimee aujourd’hui a 1,9% de la population agee de 15 a 49 ans.

L’ambassade d’Haiti a Washington a condamne les declarations “racistes et sans fondement concernant les migrants haitiens, en particulier, et la population haitienne en general, de Monsieur Donald J. Trump”.

“Ces vils propos ne viseraient qu’a semer la haine et la discorde contre les migrants”, a denonce l’ambassade dans un communique.

L’arrivee, mi-septembre, de plus de 30.000 migrants dont une majorite d’Haitiens, sous un pont a la frontiere entre le Mexique et le Texas a place l’administration Biden sous le feu des critiques de la part des republicains, qui accusent le president d’avoir cause un “appel d’air” en assouplissant les politiques migratoires de son predecesseur Donald Trump.

En moins de trois semaines, plus de 7.500 migrants haitiens dont 20% d’enfants ont ete expulses par les services migratoires des Etats-Unis qui ont affrete 70 avions vers la capitale Port-au-Prince et Cap-Haitien, la deuxieme ville du pays.

Face aux propos tenus par l’ancien locataire de la Maison Blanche jeudi, l’ambassade d’Haiti aux Etats-Unis a considere que “les personnes civilisees (…) ne devraient pas rester indifferentes face a cet enieme denigrement du peuple haitien par l’ancien president Trump”.

Lors d’une reunion privee en janvier 2018, le chef d’Etat avait qualifie Haiti et plusieurs nations africaines de “pays de merde”.

AFP