Haiti : le rythme de croissance des transferts ralentit, l’inflation montre ses crocs

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les flux des transferts prives sans contrepartie de la diaspora haitienne se sont quelque peu enrhumes apres avoir battu des records en 2021, a pres de 4 milliards de dollars, atteignant, d’une annee a l’autre, 30 % de hausse. <>, peut-on lire dans la lettre de cadrage qui fixe les grandes orientations macroeconomiques et definit les grandes lignes de la politique budgetaire pour le reste de l’exercice fiscal en cours, signee le lundi 4 avril 2022.

Le ralentissement du rythme de croissance evoque dans cette lettre de cadrage a ete confirme par le gouverneur de la Banque de la Republique d’Haiti, Jean Baden Dubois, en interview avec Le Nouvelliste, le 11 avril. <>, a-t-il fait savoir avant de reconfirmer qu’en grande majorite, les transferts sont destines a de petits porteurs.

<>, a poursuivi le gouverneur de la banque centrale d’Haiti, pays ou l’inflation a depasse les 25 % en glissement annuel.

Poussee d’inflation record aux USA

Aux USA ou il y a une importante diaspora haitienne qui a envoye, selon un economiste 73.4 % des transferts prives sans contrepartie vers Haiti, la poussee inflationniste s’est poursuivie en mars 2022. L’inflation a atteint en mars son plus haut niveau depuis decembre 1981. Les prix ont augmente de 8,5% par rapport a mars 2021, contre 7,9% en fevrier sur un an egalement, selon l’indice des prix a la consommation (CPI) publie mardi dernier par le departement du Travail, pouvait-on lire dans une depeche de l’AFP, le 12 avril 2022.

Le mois de mars est le premier a integrer entierement l’effet de la guerre en Ukraine, qui avait debute dans les tout derniers jours du mois de fevrier. <> Ces prix eleves frappent les gens au portefeuille et creent de l’incertitude, c’est pourquoi nous devons faire tout ce que nous pouvons pour les faire baisser, a-t-il ajoute.

Entre fevrier et mars, l’inflation s’accelere egalement, a 1,2%, contre 0,8% entre janvier et fevrier. Les seuls prix de l’essence ont flambe de 18,3% par rapport au mois dernier, et representent plus de la moitie de ce bond, venant s’ajouter aux penuries de biens et de main-d’oeuvre. Les prix du logement et de l’alimentation participent egalement a cette hausse, precise le departement du Travail, selon cette depeche.

Les prix des produits alimentaires ont bondi en mars 2022

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont bondi en mars et ont atteint leurs plus hauts niveaux jamais enregistres, car la guerre dans la region de la mer Noire provoque des chocs dans les marches des cereales de base et des huiles vegetales, a indique l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans un communique le 8 avril 2022.

L’indice FAO des prix des produits alimentaires a affiche une valeur moyenne de 159,3 points en mars, soit une hausse de 12,6 % depuis fevrier, mois au cours duquel il avait deja atteint son plus haut niveau depuis sa creation en 1990. L’Indice suit l’evolution mensuelle des prix internationaux d’un panier de produits alimentaires couramment echanges. Le dernier niveau de l’Indice etait deja superieur de 33,6 % a celui de mars 2021.

En mars, l’indice FAO des prix des cereales a enregistre une hausse de 17,1 % par rapport a fevrier, sous l’effet de fortes hausses des prix du ble et de toutes les cereales secondaires principalement dues a la guerre en Ukraine. La Federation de Russie et l’Ukraine, a elles representaient environ 30 % des exportations mondiales de ble et 20 % des exportations mondiales de mais ces trois dernieres annees. Les prix mondiaux du ble ont grimpe de 19,7 % pendant le mois, des craintes concernant les conditions de culture aux Etats-Unis d’Amerique ayant accentue la hausse.

Par ailleurs, les prix du mais ont enregistre une progression mensuelle de 19,1 pour cent, atteignant ainsi un niveau record, tout comme ceux de l’orge et du sorgho. En mars, les tendances contrastees en ce qui concerne le riz de differentes origines et qualites n’ont fait que peu evoluer l’Indice FAO des prix du riz depuis fevrier, lequel reste donc a un niveau inferieur de 10 pour cent a celui enregistre un an auparavant.

L’indice FAO des prix des huiles vegetales a bondi de 23,2 pour cent, porte par la hausse des cours de l’huile de tournesol, dont le premier exportateur mondial est l’Ukraine. Les prix des huiles de palme, de soja et de colza ont eux aussi enregistre une hausse marquee en raison de l’augmentation des prix de l’huile de tournesol et du petrole brut. Des craintes quant a une baisse des exportations en Amerique du Sud ont egalement contribue a la hausse des prix de l’huile de soja.

L’indice FAO des prix du sucre a progresse de 6,7 % depuis fevrier, ce qui a compense les baisses recentes et l’a place a un niveau superieur de 20 % a celui de mars 2021. L’un des facteurs de cette augmentation etait la hausse des prix du petrole brut, tout comme l’appreciation du real bresilien, tandis que les perspectives de production favorable en Inde ont empeche une hausse mensuelle des prix plus importante.

L’indice FAO des prix de la viande a gagne 4,8 % en mars et a atteint son plus haut niveau jamais enregistre, principalement sous l’effet d’un sursaut des prix de la viande de porcin du a une penurie de porcs et d’abattage en Europe de l’Ouest. Les prix internationaux de la volaille se sont egalement affermis, car les disponibilites ont diminue dans les principaux pays exportateurs a la suite d’epidemies de grippe aviaire.

L’indice FAO des prix des produits laitiers a progresse de 2,6 % et a atteint un niveau superieur de 23,6 % a celui de mars 2021, car les couts du beurre et du lait en poudre ont nettement augmente dans un contexte de forte hausse de la demande a l’importation en vue de livraisons a court et long termes, en particulier sur les marches asiatiques.

En attendant…

En attendant le bulletin de mars de l’IHSI sur l’indice des prix a la consommation, celui de fevrier avait indique que les taux d’inflation mensuelle et annuelle, s’elevent a 2.1 % et 25.2 %, contre respectivement 0.6 % et 24.0 % en janvier 2022. Entre-temps, la gourde continue de perdre de sa valeur par rapport au dollar et le cout du fret maritime reste tres eleve.

Roberson Alphonse