Haiti pourra-t-elle faire face a un nouveau choc petrolier mondial ?

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Une grande partie du petrole mondial est produite par un petit groupe tres restreint de pays du Moyen-Orient. Ce petit groupe forme un oligopole et illustre bien le role d’une structure de marche oligopolistique en economie. En se regroupant au sein de l’Organisation des pays exportateurs de petrole (Opep), ce petit groupe de pays augmente drastiquement leur pouvoir de marche en renforcant leur capacite a moduler a volonte leur niveau de production afin de mieux faire croitre le prix du baril.

L’idee de la creation de l’Opep, en 1960, etait venue de ce petit groupe de pays producteurs et exportateurs de petrole afin de mieux profiter de l’exploitation de l’or noir. A l’origine, l’Organisation regroupait seulement cinq pays : l’Iran, l’Irak, le Koweit, l’Arabie Saoudite et le Venezuela. Il a fallu attendre pres de 50 ans plus tard pour voir le groupe s’elargir de maniere significative, en 2009. Huit nouveaux pays vont s’y integrer : le Qatar, l’Indonesie, la Libye, les Emirats arabes unis, l’Algerie, le Nigeria, l’Equateur et l’Angola. L’ensemble de ces pays produisent les 3/4 de l’offre mondiale de petrole. Leur strategie commune est simple : faire augmenter le prix du baril de petrole en reduisant la quantite offerte.

L’Opep se propose donc d’influencer, voire de fixer le niveau de production de chacun de ses membres. Ce qui n’a pas toujours ete une tache facile. Plus le nombre de membres du cartel augmente, plus le respect d’une entente collective s’avere difficile. Quand l’Opep veut diminuer la quantite produite des membres pour faire accroitre le prix du baril, certains d’entre eux (pour ne pas dire tous) sont tentes d’augmenter leur production individuelle afin de s’adjuger une plus grande part du profit total. Si tous les membres du cartel devient de cette entente en augmentant leur production individuelle, l’offre mondiale s’amplifiera et le prix du baril baissera. Cela prouve que la poursuite effrenee de l’interet individuel nuit souvent a l’atteinte du bien-etre collectif.

De 1973 a 1985, l’Opep etait parvenue a tenir une excellente collaboration entre ses membres, ce qui lui a permis de maintenir un prix mondial tres eleve. Cette collaboration avait reussi egalement a faire passer le prix du baril de petrole de 2.64 en 1972 a 11.17 dollars americains en 1974, soit une hausse de 323 % en deux ans. Sept ans plus tard, en 1981, le prix du baril va atteindre la barre de 35.1 dollars americains, soit une hausse de 214 %. Dans l’intervalle de 1972 a 1981, soit en neuf ans, le prix a ete multiplie par 13.3, soit une hausse de 1 230 %. Cette flambee du prix du baril de petrole avait eu des consequences economiques et politiques nefastes.

Face a ces chocs petroliers mondiaux, un pays importateur de petrole comme le Japon etait oblige de prendre des mesures austeres. L’eclairage public etait astreint a une coupure draconienne. Toutes les rues etaient plongees dans le noir entre minuit et cinq heures du matin. L’administration publique etait astreinte a une gestion rigoureuse afin de diminuer la facture de l’importation petroliere. Les universites, les chercheurs et les entreprises orientaient leurs programmes de recherche vers l’efficience energetique.

Ce tournant decisif allait conduire a des resultats captivants a travers le monde. Depuis, l’eclairage des lieux publics, voire prives, utilisent des capteurs qui detectent la presence humaine. En penetrant une toilette publique ou un bureau public, l’ampoule electrique s’allume de facon automatique; et elle s’eteint en sortant. Cette strategie minimise la consommation d’essence de facon significative. Les voitures japonaises vont utiliser moins d’essence, comparees aux vehicules americains. Ce modele d’efficience japonais a ete suivi par les autres economies occidentales.

La strategie des pays producteurs non-alignes

Au debut des annees 1980, des querelles internes, notamment sur le niveau de la production, allaient nuire a l’efficacite de la cooperation au sein de l’Opep, ce qui a conduit a une chute du prix du baril a 12.52 dollars americains. La geopolitique s’est egalement mise de la partie. Et les economies occidentales, majoritairement importatrices, vont essayer de faire basculer l’entente au sein des pays membres de l’Opep. Mais depuis l’annee 1999, le cartel a repris une collaboration assez efficace qui lui permet de maintenir le prix a un niveau eleve.

L’Opep a du aussi faire face a la hausse de la production petroliere des pays non adherents. Par exemple, en 2022, la Russie, les Etats-Unis et le Canada, qui deviennent aussi d’importants pays producteurs, peuvent influencer les prix mondiaux en agissant sur leur quantite produite et/ou leur stock strategique. Cette nouvelle donne nuit a la cohesion et au pouvoir de marche du cartel de l’Opep. De plus, il y a eu un effort considerable des grandes economies mondiales en vue de reduire leur dependance de la production du petrole des pays membres de l’Opep. En temoigne le virage de l’industrie automobile vers les voitures hybrides et electriques.

Par exemple, la vente de vehicules neufs a essence sera interdite au Quebec a compter de 2035, selon ce qu’a confirme le ministre de l’Environnement du Quebec, Benoit Charette, dans une entrevue accordee recemment au journal La Presse. Outre la reduction de la dependance au petrole, il s’agit d’un tournant decisif vers le vehicule electrique qui vise a reduire des emissions de gaz a effet de serre (GES). Plus il existe de voitures electriques en circulation, plus faible sera la consommation, donc la demande, de petrole et les emissions de GES. En consequence, le prix du baril de petrole devrait diminuer.

En se regroupant, les pays de l’Opep agissent comme s’ils etaient un unique grand producteur avec plusieurs succursales. Autrement dit, ils essaient de se transformer en un monopole avec un pouvoir de marche encore plus important que celui confere par un oligopole classique ou une concurrence monopolistique. Evidemment, certaines economies occidentales tentent de dejouer ce plan en essayant de negocier directement avec les pays-membres. L’illustration la plus recente demeure la tentative d’achat de petrole de la part des Etats-Unis d’Amerique aupres du Venezuela, malgre les contentieux politiques et diplomatiques larves entre les deux.

Haiti devrait tirer plusieurs lecons de l’experience de l’Opep et des crises petrolieres passees afin de mieux faire face a la flambee des prix du petrole sur le marche international. Cette flambee a ete exacerbee par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Comme le Japon, Haiti devrait s’efforcer de mieux gerer sa consommation de produits petroliers. Pourtant, assez curieusement, des dirigeants haitiens ont plutot fait le choix de projets qui augmentent la consommation d’essence.

La hausse vertigineuse des prix du petrole en 2022 peut deboucher sur un vrai choc petrolier similaire a ceux des annees 1970. Avec des finances publiques deja precaires, Haiti n’a pas vraiment les reins financiers solides pour faire face a un nouveau choc petrolier mondial. La crise petroliere actuelle demontre aussi la necessite pour Haiti de viser l’efficience energetique afin de reduire la facture de l’importation des produits petroliers.

Thomas Lalime

[email protected]