Ha?ti : Extermination des P?res fondateurs et Pratiques d’exclusion

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le livre d’Eddy Cav?, ancien cadre de banque et jurilinguiste, <> tombe ? pic ? la 26e ?dition de Livres en folie. C’est le moment o? le quotidien le New York Times sort quatre articles qui remettent ? l’ordre du jour le dossier de la dette de l’ind?pendance d’Ha?ti. Ces papiers sign?s Catherine Porter, Constant M?heut, Matt Apuzzo et Selam Gebrekidan font ?cho aux travaux de recherches de l’historienne ha?tienne Gusti-Klara Gaillard, professeure ? l’?cole normale sup?rieure de l’Universit? d’?tat d’Ha?ti. Gaillard, de son c?t?, avait trait? la question de la double dette de l’ind?pendance autant que nombre de ses devanciers historiens ha?tiens, bien avant le New York Times, l’un des plus grands journaux am?ricains distribu? dans le monde.

Cette question br?le dans l’actualit? au moment o? beaucoup d’hommes politiques ha?tiens se terrent comme des souris pour ne piper mot sur ce sujet. L’ouvrage de Cav? fait la lumi?re sur notre histoire dans un livre copieux qu’il faudra aborder par angle. Tant il arpente cette histoire riche d’Ha?ti qu’on n’a pas fini d’explorer.

La quatri?me de couverture du livre traduit et r?sume le travail de cet intellectuel touche ? tout : <>

Pour m?moire, voici les noms des trente-sept signataires de l’acte de l’ind?pendance d’Ha?ti : Jean-Jacques DESSALINES (g?n?ral en chef); g?n?raux de division : Henry CHRISTOPHE, Alexandre P?TION, Augustin CLERVEAUX, Nicolas GEFFRARD, Andr? VERNET, Louis ?tienne GABART; g?n?raux de brigade : Paul ROMAIN, ?tienne ?lie G?RIN, Fran?ois CAPPOIX, Jean-Louis FRAN?OIS, Laurent F?ROU, Jean-Philippe DAUT, Pierre CANG?, Louis-Laurent BAZELAIS, Magloire AMBOISE, Jean-Jacques Moreau HERNE, Toussaint DAUT alias BRAVE, YAYOU; adjudants-g?n?raux: Guy-Joseph Bonhomme BONNET, Fran?ois PAPALIER, MORELLY, Jean CHEVALIER, Ignace Desponteaux MARION ; officiers de l’arm?e : ?tienne D. MAGNY, Pierre Maximilien ROUX, Jean-Marie Bernard (Boyer) LORET, Louis BOISQUENEZ, Saint-Julien MACAJOUX, Alexis DUPUY, CARBONNE, Joseph Dominique Vign? DIAQUOI, Pierre Nicolas MALET, alias Malet Bon Blanc, Joseph Manuel RAPHA?L, Pierre DERENONCOURT, Jean-Pierre BOYER ; Secr?taire : Louis F?lix Mathurin BOISROND-TONNERRE.

Tenez-vous bien. En 16 ans, 18 des principaux signataires de l’Acte de l’Ind?pendance du pays vont p?rir.

Entre 1805 et 1820, les signataires de l’Acte de l’Ind?pendance, soit 25 mul?tres, 11 Noirs et un Blanc ont ?t? ?trip?s. La r?publique du chen manje chen prend corps dans le jeune ?tat pour exploser ? notre face ? la mort de Jovenel Mo?se en 2021 dans les conditions atroces, ?pouvantables que l’on sait pour nous rappeler notre haine de nous-m?mes.

C’est une r?publique du brigandage qui fait le bonheur des d?trousseurs d’Ha?ti, les jouisseurs assoiff?s de l’argent facile qu’on d?couvre dans ces pages qui d?crivent avec un luxe de d?tails cette Ha?ti qui tue, extermine, exclut et appauvrit son peuple au profit d’une minorit?. Aucune institution ne repr?sente rien aux yeux de ces fossoyeurs.

Les h?ros de Verti?res qui ont fait la gloire d’Ha?ti vont fouler aux pieds les normes de l’arm?e. C’est le chaos qui commence ? se dessiner. La marque d’une terre qui a bu tant de sang se r?veille apr?s l’ind?pendance. Le sang doit couler. Il coulera pour rien. Nous mourrons tous pour rien.

L’historien qui a fait la radiographie de Saint-Domingue d?c?le, sur le clich? sensible de l’?poque, l’image d’une colonie infernale. 40 000 Blancs, 30 000 mul?tres, 450 000 Noirs. Les Noirs, au bas de l’?chelle, d’apr?s l’?glise, ?tait d?pourvu d’?me. Dans les tableaux expos?s dans les ?glises catholiques, il est r?v?l? clairement l’id?ologie de Rome ? l’?gard de la race noire.

Il y a une raison en toute chose. Pour les Blancs, plac?s au sommet de la pyramide, selon la hi?rarchie de la peau, le r?cit qui s’?crit veut ?tre grav? ? jamais dans les esprits. Pour le colonisateur, le Noir est tout simplement vou? ? ?tre l’esclave des Blancs pour le bonheur de la m?tropole. Le Code noir promulgu? par Louis XIV en 1685 consid?rait les n?gres comme des b?tes de somme.

Le venin de la haine, de l’ab?tissement qui a marqu? la soci?t? esclavagiste a continu? ? se m?tastaser en Ha?ti. En 2022, la m?tastase se propage dans le corps social ? grande vitesse. Preuve que l’union qui fait la force a explos?. Preuve qu’on voulait tout simplement ?tre libre pour faire ce qu’on veut. Preuve qu’au lieu de construire un pays, chacun voulait ?tre libre pour soi sans attache ? cette soci?t? qui rappelle pour le n?gre l’enfer sur terre. Le d?passement n’a jamais eu lieu dans cette soci?t? marqu?e au fer rouge par cette philosophie populaire :<>.

Et Ha?ti deviendra une r?publique exterminatrice qui a la particularit? de comploter contre l’intelligence, selon l’expression du pr?sident Lesly Manigat.

Pour avoir connu cet enfer, et la m?moire dans tout ?a ? Pourquoi tant d’injustices se r?p?tent-elles ? l’infini ? Eddy Cav?, ?crit : <>

Cet ouvrage qui met bas les masques, qui examine nos d?chirements et qui fourmillent de r?v?lations est ? lire de toute urgence.

CAV? Eddy, Ha?ti : Extermination des P?res fondateurs et Pratiques d’exclusion, 420 p. ?dition Henri Deschamps, Port-au-Prince, Ha?ti.