HUEH: la greve est levee

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

La greve du personnel hospitalier du plus grand hopital public du pays est levee. L’annonce a ete faite ce jeudi par les membres du syndicat.

Cet aboutissement fait suite a des pourparlers entre le ministere de la Sante publique et les grevistes. Des promesses ont ete faites.

Depuis un mois, tous les services etaient en arret a l’hopital de l’Universite d’Etat d’Haiti.

En plus d’etre le plus grand centre hospitalier du pays, l’HUEH sert aussi de centre de formation universitaire. Tout etait sur pause depuis 30 jours.

Le petit personnel, soutenu ouvertement ou pas par tous les employes, reclamait de meilleures conditions salariales.

Comme a chaque fois, meme si les medecins, infirmieres et autres cadres ne disent rien, ils esperent beaucoup de la greve du petit personnel.

Meme les residents et internes suivent attentivement le mouvement.

Il est impossible de revaloriser les salaires des membres du personnel de soutien sans revaloriser les autres categories. Et a chaque greve, c’est tout le secteur public de la sante qui supporte la greve au coeur de la machine medicale. Des fois, les autres hopitaux publics se mettent aussi en greve ou observent le mouvement.

Une greve a l’HUEH est plus qu’une greve dans un hopital ou dans la sante. Souvent elle lance des greves dans d’autres secteurs de la fonction publique.

Et une augmentation de salaire dans le medical sera suivie par les autres ministeres. C’est une reaction en chaine.

Les negociations entre le ministere de la Sante et les grevistes ne sont pas les premieres du genre. Encore une fois, on se demande pourquoi avoir attendu un mois avant de s’asseoir autour d’une table ? On se demande aussi si les promesses seront suivies d’effets. Dans combien de temps ? Faudra-t-il d’autres greves pour que les promesses se materialisent ?

Des augmentations de salaire ou une prime speciale demandent des fonds qui ne sont pas toujours disponibles et le contrat de confiance est si fragile.

Les patients risquent d’avoir a payer les frais des soubresauts dans le secteur public de la sante pendant encore des mois si le dialogue n’accouche pas rapidement de la revalorisation de la situation du monde hospitalier.

Le dialogue c’est bien, les promesses tenues sont le ciment indispensable des relations de travail. Dans la sante comme ailleurs.