“Il ne faut pas sous-estimer l’?pid?mie de chol?ra en Ha?ti “, pr?vient le Dr Louise Ivers

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les experts du minist?re de la Sant? publique et de la Population et ceux des organisations non gouvernementales oeuvrant dans la sant? en Ha?ti s’accordent ? dire que les chiffres communiqu?s dans le bulletin de la direction d’?pid?miologie sont inf?rieurs aux chiffres r?els d?coulant notamment de la transmission communautaire. Aucun syst?me de surveillance n’arrive ? capter avec exactitude tous les cas dans une ?pid?mie. Cependant, avec plus de 6 304 hospitalisations en un mois et quelques jours, m?me en consid?rant les chiffres officiels, il y a de quoi s’alarmer de l’?volution du chol?ra en Ha?ti.

“Je ne dirai pas qu’Ha?ti a failli dans la gestion de cette nouvelle ?pid?mie. Je sais qu’il y a des gens qui font de leur mieux en vue de combattre cette ?pid?mie. Cependant, il est clair que l’?pid?mie de chol?ra n’est pas sous-contr?le, les cas augmentent jour apr?s jour, et le plus inqui?tant est la distribution des cas t?moignant d’une ?pid?mie qui se propage sur tout le territoire national touchant de plus en plus de d?partements”, analyse le Dr Louise Ivers.

Le Dr Louise Ivers a travaill? ? titre de chef de mission de l’organisation Zanmi Lasante (Partners In Health) lors de l’?pid?mie de chol?ra en 2010. Survivante du tremblement de terre, elle a dirig? une importante r?ponse humanitaire et de sant? publique, r?sultant en un acc?s accru aux services humanitaires de base pour les personnes d?plac?es et au traitement du VIH et de la tuberculose. En reconnaissance de ses efforts en Ha?ti, le Dr Ivers a ?t? honor?e en tant que dipl?m?e ?m?rite 2011 de “l’University College Dublin” (l’UCD), en tant que r?cipiendaire de la m?daille Bailey K. Ashford de l’American Society of Tropical Medicine and Hygiene et, avec Paul Farmer et Ophelia Dahl comme Bostoniens en 2010.

Si elle tire la sonnette d’alarme sur l’?volution de l’?pid?mie du chol?ra, c’est parce qu’elle est convaincue “qu’avec la reprise des activit?s dans le pays, la propagation du chol?ra sera plus rapide et touchera plus de d?partements ? mesure que les gens se d?placeront d’un endroit ? un autre.”

“Il ne faut pas sous-estimer l’?pid?mie du chol?ra en Ha?ti. M?me si vous avez toutes les expertises, vous aurez quand-m?me besoin de ressources pour faire face ? une ?pid?mie. Il ne faut pas sous-estimer la capacit? de cette maladie ? tuer les enfants, les jeunes et m?me ceux qui sont en ?tat de bonne sant? apparente”, pr?vient la sp?cialiste en maladies infectieuses avant de proposer une approche communautaire bas?e notamment sur la vaccination contre le chol?ra.

“Nous devons aller vers les communaut?s bien ?quip?es, avec les ressources humaines ad?quates tout en utilisant les professionnels de sant? communautaire dans la r?ponse, croit-elle. Nous devons apporter des mat?riels comme s?rum oral, savon, aquatabs pour la purification de l’eau.”

S’agissant de la vaccination, elle soutient l’id?e qu’un plan de r?ponse doit inclure la vaccination contre le chol?ra. “Ha?ti a une expertise dans l’utilisation de vaccin pour combattre le chol?ra. En 2012 apr?s la premi?re flamb?e, cela a ?t? m?me une mani?re innovante de lutter contre le chol?ra. Ha?ti a ?t? l’un des premiers pays ? utiliser avec succ?s le vaccin contre le chol?ra. Beaucoup de recherches ont ?t? men?es pour prouver l’efficacit? du vaccin. ? partir de l’exp?rience ha?tienne, des millions de vaccins ont ?t? utilis?s en Syrie, au Liban avec beaucoup de succ?s contre les ?pid?mies de chol?ra”, analyse le Dr Louise Ivers qui a men? avec son ?quipe une campagne de vaccination de masse contre le chol?ra et a ensuite publi? un article en 2015 montrant que l’intervention et la distribution de vaccins de PIH prot?geaient contre le chol?ra. Elle croit qu’il est temps de redoubler d’efforts pour lutter contre le chol?ra par des actions concr?tes comme des points de lavage des mains et l’acc?s ? l’eau trait?e dans les zones les plus recul?es du pays.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.