Il nous faut reapprendre a trouver la bonne route

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Cette fin de semaine de la fete du travail et de l’agriculture, trois activites sont annoncees. Une ceremonie presidee par le premier ministre Ariel Henry au Musee du Pantheon national pour celebrer l’agriculture et le travail. Un debat autour de l’innovation agricole et une foire a l’hotel Montana organises par l’Association des industries d’Haiti (ADIH). Enfin, une foire agro-industrielle et artisanale a l’universite Quisqueya.

La fete de l’agriculture et du travail se resume a ces trois petites activites. Dans le petit perimetre de la region metropolitaine ou on peut encore circuler. Ces trois manifestations symbolisent l’impuissance du pouvoir, des forces d’argent et de celles du savoir.

Rien n’est annonce pour le 1er mai, le jour de la fete.

Nous sommes incapables d’une grandiose celebration du travail et de l’agriculture. Nous sommes incapables de feter le travail dans une usine et l’agriculture dans un champ. Nous sommes incapables de realiser une grande fete pour tous.

Les commemorations anticipees du 1er mai sont decalees par mesure de precaution. Les fetes nationales s’eloignent de plus en plus du solennel et de la concorde. On ne peut plus rien celebrer ensemble en Haiti.

La portion congrue offerte pour celebrer ce 1er mai 2022 est a l’image de beaucoup de situations qui entravent la vie dans la cite. Nou gaye. Nou pedi wout. Nou pa prale menm kote anko.

Sa pa vle di lontan tout Ayisyen te dako sou tout bagay. Non. Men li pat konsa. Youn te konprann lot. Chak moun te konprann pou kisa lot yo ap goumen.

Qui peut dire aujourd’hui les objectifs du gouvernement en place ? Qui connait les buts poursuivis par l’opposition ? Qui comprend la strategie des gangs ? Qui devine les desideratas du secteur prive ? Qui croit que l’ecole propose un ascenseur social ? Qui ne veut pas quitter le pays ?

Certains diront que les reponses a ces questions ont toujours ete en defaveur du projet pays, contre tout reve commun, assassins du vivre ensemble. Pas toujours. Pas tout le temps. Pas aussi radicalement qu’aujourd’hui.

On arrivait a avoir des vues communes, des esperances partagees, des envies comprehensibles.

En 2022, le pays, chaque Haitien et Haitienne, doit reapprendre a trouver la bonne route. Celle qui laisse de la place aux autres. Celle ou un minimum de regles permet de circuler sans se rentrer dedans a la premiere manoeuvre. Celle qui propose au moins un bout d’horizon en recompense apres l’effort.

Chacun peut choisir son itineraire, moduler son effort, accelerer ou mettre la pedale douce. Chacun peut trouver seul sa meilleure route. L’important c’est d’arriver a Rome.

Les fondateurs du Nouvelliste en 1898 et ceux qui ont pris leur succession ont su s’adapter au temps et aux difficultes. Resilience ? Intelligence ? Chance ?

Sans doute un melange des trois leur a permis de monter et de faire vivre une entreprise de presse dans un pays comme le notre.

De generation en generation, ceux qui frequentent et animent Le Nouvelliste ont tous ete inocules par l’ADN des fondateurs Guillaume Cheraquit et Henri Chauvet. Depuis 124 ans, depuis le centre-ville de Port-au-Prince, un quotidien chronique de l’actualite nationale. En cet anniversaire du 1er mai 2022, les proprietaires, la direction, le personnel et chaque employe du Nouvelliste vous renouvellent leur attachement a maintenir le flambeau d’une information de qualite. N ap kenbe.

Mais nous ne pouvons pas cacher nos inquietudes diverses sur la course vers le pire engagee par nos responsables depuis des annees.

L’an dernier a pareille epoque, le pays etait dirige par le president Jovenel Moise. Il peinait a faire marcher les institutions democratiques et a avancer vers la tenue des elections. Il revait de changer la constitution du pays.

En ce mois de mai, le pays a enterre son dernier president elu apres son assassinat en son domicile, il n’y a aucune institution democratique en etat de marche, plus personne ne parle de nouvelle constitution encore moins d’elections a organiser. Il n’y a aucun juge charge de conduire l’enquete sur l’assassinat du president Moise.

Fete premye me an degrengoch se youn, pa ka fe anyen mache byen nan peyi a se li ki maladi a.

Pour ses 124 ans, Le Nouvelliste formule le voeu d’un pays qui fait route vers des lendemains meilleurs. Il en sera de l’interet de chacun et de nous tous.

Bonne fete a nos lecteurs, commanditaires et amis.