Inauguration du pole Nord de la faculte de sages-femmes d’Haiti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Logee dans les locaux du campus de l’Universite d’Etat d’Haiti de Limonade, cette faculte dont les cours ont commence en janvier 2022 comporte, pour le moment, une soixantaine de jeunes des deux sexes. <>, a explique le ministre de la Sante publique et de la Population, le Dr Alex Larsen, qui ajoute que cette deconcentration se fait, d’une part, dans le but d’etendre la profession et la pratique de sages-femmes en Haiti, d’autre part, de reduire le taux de mortalite maternelle et neonatale lors des accouchements.

Plus loin, il a rappele que la sante maternelle figure parmi les grandes priorites du ministere dont il est le titulaire. Cette demarche, selon le numero un du MSPP, rentre dans le cadre d’une politique de regionalisation, d’augmentation de la disponibilite des prestataires qualifies en soins obstetrico-neonatals. Il a ete demontre que les gens qui sont formes au sein de la communaute sont plus susceptibles d’y rester et s’integreront au mieux aux communautes reculees, a explique le Dr Larsen.

<>, a precise la directrice de l’INSFSF, Nadege Daudier, soulignant que par l’inauguration de ce pole Nord de la Faculte de sages-femmes, le MSPP entend former des hommes et des femmes autonomes aptes a etre en premiere ligne pour offrir des soins de bonne qualite et contribuer a la modernisation de la formation superieure et donner une formation complete qui integre les differents champs de pratique de la profession.

Pour le recteur de l’Universite d’Etat d’Haiti Fritz Deshommes, l’inauguration de cette faculte de sage-femmes dans le Nord s’inscrit dans la demarche de democratiser la formation superieure dans le pays.

Prenant la parole en la circonstance, le representant du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) en Haiti, M. Saidou Kabore, a fait savoir que selon l’EMMUS de 2017, Haiti comptait plus de 2,7 millions de femmes en age de procreer avec plus de 268, 642 naissances attendues par an, avec un taux de mortalite maternelle qui etait de 523 deces pour 100 000 naissances vivantes. Les accouchements non assistes par un personnel qualifie ou en dehors du circuit institutionnel expliquerait en partie la survenue des deces maternels et des nouveau-nes.

Par ailleurs, l’acces insuffisant et l’utilisation limitee des soins de sante seraient la cause de deces de 3 femmes, et de 22 nouveau-nes, tous les jours. Sur une couverture de 2 200 sages-femmes attendues en Haiti selon les normes de l’OMS, seulement 380 sages-femmes sont actives, ce qui est equivalent a 13%, deplore M. Kabore, mentionnant que ce sont ces quelques-unes des evidences qui ont conduit le ministere de la Sante publique a se mobiliser avec l’appui du Canada et de l’UNFPA pour l’operationnalisation de la vision du gouvernement haitien dans la promotion de la pratique et de la profession de sages-femmes.

<>, a soutenu M Kabore, qui dans la foulee a salue le combat de toutes les sages-femmes et en particulier le courage de ces sages-femmes qui en 1952 ont cree dans un contexte difficile, la premiere organisation mondiale de promotion du droit des femmes aux services de la sante sexuelle et reproductive, y compris la planification familiale (IPPF).

La ministre a la Condition feminine et aux Droits des femmes, Sofia Loreus, abonde dans le meme sens, remerciant ainsi toutes les institutions internationales qui ont contribue a l’implantation de cette faculte dans la region du Nord, la troisieme en Haiti.