Incas Productions clôture son programme devant un Collège Saint Louis de Bourdon bondé !

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

C’est devant 550 élèves du Collège Saint Louis de Bourdon qu’Incas Productions a clôturé, le 30 novembre 2023, son programme d’éducation, de prévention et de sensibilisation aux catastrophes naturelles et aux changements climatiques.

Après avoir rassembléplus de 700 élèves adventistes dans l’Artibonite le 17 novembre dernier, autour du thème « Gestion risques et inondations au Gonaïves », avec comme invité spécial, l’ingénieur et professeur Frantz Verella ; Incas Productions a clôturé la saison cyclonique en toute beauté en remplissant le Collège des jeunes filles de Saint Louis de Bourdon, à Port-au-Prince, le 30 novembre écoulé devant 550 élèves rassemblées sous la houlette de la directrice du Collège, Sœur Yvrose Lazare.

« Aujourd’hui le problème del’environnement et des changements climatiques est crucial dans le monde. Dans notre Haïti, 90 % de la population est à risques des catastrophes naturelles, selon le PNUD. Notre collège est très sensible à cette problématique. C’est pourquoi nous avons accueilli avec enthousiasme la proposition de Madame Nancy Roc, PDG d’Incas Productions, de nous aider à mieux comprendre la question des catastrophes naturelles et des changements climatiques dans notre milieu », a-t-elle déclaré à l’ouverture de l’événement. 

Nancy Roc, spécialiste en communication et détentrice d’un diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en Études Relatives à l’Environnement a rappelé aux élèves que c’est en regardant une vidéo filmée par un jeune sur WhatsApp, suite au séisme de 2021, qu’elle a eu l’idée de concevoir ce programme d’éducation, de prévention et de sensibilisation aux catastrophes naturelles et changements climatiques ; un thème qui n’est pas offert dans le curriculum des écoles haïtiennes. Son entreprise, Incas Productions a été la première à concevoir des vidéos en intelligence artificielle et en créole autour de ces thèmes dans le pays. Toutes ces vidéos ont été offertes gratuitement aux écoles publiques et privées en Haïti. 

« Malgré le peu de financement reçu et alors qu’après les vacances scolaires, beaucoup d’écoles n’ont pas encore ouvert leurs portes à cause de l’insécurité ; nous n’avons cessé de projeté nos webinaires pendant six mois, de Port-au-Prince aux Gonaïves, en passant par Jacmel et le Grand Sud » , a déclaré Mme Roc, qui regrette devoir arrêter ce programme par manque de moyens : «  en effet,  suite à notre performance pendant la saison cyclonique, on nous demande ces webinaires à travers le pays aujourd’hui » , a-t-elle confié à Juno7, en interview. 

L’arrêt de ce programme est d’autant plus regrettable que l’invitée d’Incas Productions, la scientifique Docteure Samira Philipp Rebai, Conseillère technique en prévention et gestion des risques naturels au PNUD, qui intervenait depuis la France,  a initié depuis 2017, un documentaire intitulé « Comment prévenir les risques naturels en Haïti ? », qui a été projeté devant les élèves et démontre que 90% de la population haïtienne est à risque ; « tous les risques connus sur cette planète peuvent se produire en Haïti sauf  les éruptions volcaniques », a-t-elle déclaré, lors du webinaire. 

Cette dernière connait très bien Haïti : elle y passé dix ans, De 2002 à 2013, elle a assuré la direction de deux Pôles de Cartographie et Gestion des Risques Naturels (Groupe Ginger puis IMSRN). Elle a également conçu le premier guide méthodologique multirisques d’Haïti, un important outil de prévention qui est malheureusement resté dans les tiroirs du gouvernement et du PNUD, alors qu’il présente la réalisation de zonages réglementaires des risques, ainsi que l’élaboration de Plans de Préventions Risques Naturels (PPR).

Les différents gouvernements haïtiens qui se sont succédés depuis 2002 n’ont pas distribué ce précieux outil à la population alors que la cartographie réalisée par la Docteure Samira Philipp Rebai avait déjà révélé des failles non connues. « Les deux séismes de 2021, dans le Sud et à Jérémie, se sont produits sur des failles sismiques secondaires, que nous avions identifiées dans la carte de la Grand’Anse », a souligné Dre Philipp Rebai. « Il suffit dont d’étudier le pays car plus on connait les phénomènes, mieux on est préparés à les prévenir.  Pour gagner une guerre, il faut connaitre son ennemi. Or si on ne connait pas les phénomènes, on ne saura pas comment y répondre. », insiste-t-elle.

En 2010, Dre Samira Philipp Rebai a tout quitté, son travail et ses enfants, pour venir aider Haïti à mieux se reconstruire car, dit-elle, « ce sont les constructions qui tuent et non les séismes. Il faut donc construire de façon plus résiliente », conseille-t-elle. Malheureusement, rien n’a changé. De plus, les changements climatiques ont accentué certains phénomènes comme les inondations les cyclones etc.

Mais, selon elle, on attend encore deux gros séismes en Haïti : dans le Sud et dans le Nord. « Il faut donc se préparer et pour le faire il faut construire selon les normes parasismiques et ceux qui n’en ont pas les moyens doivent connaitre les gestes qui sauvent. C’est pour cela que je suis très contente de voir les vidéos d’Incas Productions où l’on voit bien ces gestes et il faut les enfants que vous puissiez les intégrer dans votre comportement au quotidien », a-t-elle conseillé aux élèves.

Pour sa part, le Dr Hérold Toussaint a évoqué la position du Pape François face à la crise climatique mondiale. En effet, depuis son élection en 2013, « le Pape n’a cessé d’inviter les chrétiens, les croyants et les non-croyants à s’engager pour la sauvegarde de notre MAISON COMMUNE, c’est-à-dire la Planète Terre », a déclaré le Professeur Toussaint. « Deux ans après son élection, il publia une

Encyclique « Laudato Si (Loué sois-tu) » qui a été accueillie non seulement pas les chrétiens mais aussi par une partie de la communauté scientifique . « Cette encyclique porte sur la protection de l’environnement et part du principe suivant : « Le climat est un bien commun de tous et pour tous ». Huit ans après la sortie de Laudato si, le 4 octobre 2023, le Pape a fait sortir une Lettre d’Exhortation intitulée « Laudate Deum  (Louez Dieu) »  qui met l’accent sur la crise climatique. Il en profite pour réitérer et renouveler sa première invitation. Précisons que cette Lettre a été publiée à quelques semaines de la 28 e Conférence des parties (COP28) qui a débuté le jeudi 30 novembre dernier.

Selon le Professeur Toussaint, « nous pouvons considérer cette lettre comme un dernier cri du Pape François aux hommes et aux    femmes de la planète et plus particulièrement aux grands acteurs de la communauté internationale qui ne prennent pas suffisamment au sérieux les changements et les dérèglements climatiques. Il s’en prend vigoureusement aux puissants de ce monde qui sous-estiment les signes de la crise climatique. »

Le Souverain Pontife ne cache pas son inquiétude quant à l’avenir de notre maison commune. « Il demande aux dirigeants politiques et économiques des grandes puissances mondiales de s’armer de courage pour réparer les torts causés par le dérèglement climatique. Il nous invite aussi à un sursaut collectif pour la survie de notre planète », a expliqué le Dr Toussaint. 

Le webinaire d’Incas Productions peut être vu ici

À lire aussi :

Le pasteur Julio Volcy annonce le programme FAS visant à aider les enfants défavorisés