Insecurite et elections : l’OCID fustige l’insouciance des acteurs et deconseille toute precipitation sans consensus

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la democratie (OCID) a publie le mercredi 2 mars 2022 le rapport de sa derniere enquete nationale sur les preoccupations de la population haitienne et ses opinions concernant la democratie. En effet, l’observatoire a denonce le manque de volonte politique des decideurs afin d’apporter des reponses au probleme de l’insecurite. Pas moins de 62.2% de cette population identifie l’insecurite comme le plus grave probleme du pays et, par consequent, comme la priorite pour les pouvoirs publics. Cependant l’OCID a pu observer que les interventions publiques en matiere de lutte contre l’insecurite se limitent a des actions sporadiques des forces de l’ordre qui sont loin d’etre a la mesure d’un fleau qui detruit a la fois l’economie nationale et la paix sociale. Ainsi, les donnees du programme de suivi de l’environnement politique et securitaire de l’OCID, pour la periode allant du 15 septembre au 15 decembre 2021, font etat de l’absence de la Police nationale d’Haiti (PNH) dans 62% des 357 incidents enregistres dans les dix departements du pays. En fait, les cas ou une intervention de la Police nationale d’Haiti a ete notee ne depassaient pas la barre des 20% >>, deplore l’OCID.

En plus de l’insecurite, l’OCID a exprime ses preoccupations sur l’impasse politique et la volonte des acteurs d’enclencher le processus electoral. L’OCID a evoque en ce sens <>. Ceux-ci constituent, selon l’observatoire, une vraie epee de Damocles sur la tete du peuple haitien. <>, fait remarquer l’OCID.

En consequence, l’OCID a exhorte les decideurs et les acteurs politiques, aussi bien ceux qui detiennent les leviers du pouvoir que les autres, a tout mettre en oeuvre pour arriver a un veritable accord consacrant un consensus tres large. L’observatoire estime que cette voie est la seule garantie d’un processus electoral inclusif. <>, conclut le communique portant la signature de Syvlie Bajeux, Abdonel Doudou et Rony Desroches.