Intervention de Raoul Pierre Louis, president du Conseil d’administration de la BNC au Sommet international de la finance

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Comme chaque annee, j’ai l’honneur d’intervenir a cette tribune sur un sujet qui touche l’actualite et qui fait l’objet de preoccupations dans la communaute financiere.

Je voudrais donc chers participants, internautes, et clients, m’adresser a vous autour du theme de cette annee: Financement des Petites et Moyennes Entreprises – quels financements et pour quelles PME ?

Il faut savoir, ce que nous considerons comme etant une micro, petite, ou moyenne entreprise, les MPME, ou tout simplement les PME, ne sont pas percues de la meme facon aux Etats-Unis, en France, voire meme en Republique dominicaine et n’a pas le meme poids dans l’economie suivant qu’il s’agit d’un pays emergent ou en developpement, d’une economie developpee ou d’un pays avance.

Jusqu’a present encore, la controverse continue en Haiti. Faut-il les apprecier par la taille, le nombre d’employes ou le chiffre d’affaires ? Quel que soit le cas, il faut comprendre que dans un pays comme Haiti ou le marche informel occupe pres de 76% des emplois, le poids du secteur informel est estime a plus de 50% du PIB. Autant l’economie informelle est negligee dans les politiques publiques, autant son importance dans l’economie d’Haiti est significative.

Pour preuve, selon une enquete realisee par le Centre de Facilitation des Investissements (CFI) en 2018, sur les 1919 entreprises sondees tombant dans cette categorie, 81% ont un statut d’entreprise individuelle, et 39% seulement ont ete enregistrees au Ministere du Commerce, ce qui veut dire tres peu d’entre elles sont legalement constituees. En outre, moins de 20% disposent d’un compte bancaire, ce qui rend difficile l’intervention des banques d’autant plus que l’absence d’un systeme d’informations empeche d’apprecier les activites realisees sur une periode donnee.

De ce fait, on peut comprendre pourquoi, en depit des besoins de financement tres importants constates, (plus de 2 milliards de dollars soit pres de 2 fois l’equivalent du total de financement distribue par le systeme bancaire haitien au 31 decembre 2021) tres peu d’interventions ont pu etre realisees par les banques haitiennes.

En effet, <>. (voir la Note sur la Politique Monetaire de la BRH pour le 1er trimestre de l’exercice fiscal 2021-2022)

D’un autre cote et d’apres les informations recueillies dans le dernier rapport de la banque mondiale sur <> de novembre 2021 : << la predominance de cette economie de l'ombre reduit la capacite des pays a mobiliser les ressources budgetaires necessaires pour stimuler l'activite economique en periode de crise, mener des politiques macroeconomiques efficaces et constituer le capital humain indispensable au developpement a long terme.

Pour sa part, la BNC est intervenue a deux niveaux pour favoriser la croissance et le developpement des MPME, d’abord en mettant en place une structure d’accueil dediee, le ProCredit, une division specialisee pour accompagner et financer les besoins en capitaux des MPME, partout ou elles se trouvent.

Recemment encore, dans le cadre de sa modernisation et de la digitalisation de ses operations, et pour faciliter l’inclusion des MPME dans le systeme financier, la BNC a entrepris des travaux d’amenagement de plusieurs plateformes numeriques, pour rendre disponibles ses produits et services (ATAWAD) a savoir : Any Time AnyWhere Any Device.

Ces produits et services incluent entr’autres :

o Les Distributeurs Automatiques de Billets, et les Guichets Automatises de Banque;

o Les produits de depot, d’assurance, et d’epargne retraite pour les employes des entreprises;

o Les financements appropries a leurs besoins de tresorerie;

o Les credits par signature pour la delivrance de cautions d’exploitation et de marche;

o Les credits a moyen et long terme pour financer la croissance et les investissements.

En somme, tout ce qui peut faciliter le developpement des affaires, la realisation du cycle d’exploitation et le developpement des activites deployees par les MPME en Haiti a ete pris en compte.

Autant nous sommes frappes par la creativite, l’imagination, l’originalite et la tenacite des MPME qui frappent a nos portes, autant aussi nous sommes consternes devant les difficultes et obstacles auxquels elles font face pour mener a bien leurs activites.

Aussi nous appuyons fortement ces cinq recommandations generales produites par la Banque mondiale a l’intention des responsables publics des pays emergents et en developpement (dans son dernier rapport sur le poids du secteur informel dans les economies emergentes et en developpement intitule – The long shadow of Informality) pour juguler les impacts negatifs du developpement du secteur informel sur l’economie) :

1) opter pour une approche globale, puisque l’economie informelle, qui traduit un sous-developpement generalise, ne peut pas etre traitee isolement ;

2) adapter les mesures au contexte national, les causes de l’informalite etant tres variables ;

3) renforcer l’acces a l’education, aux marches et aux financements, pour permettre aux travailleurs et aux entreprises du secteur informel d’atteindre un niveau de productivite suffisant pour rejoindre l’economie formelle ;

4) ameliorer la gouvernance et le climat des affaires pour favoriser le developpement de l’economie formelle ; et

5) rationaliser les regimes fiscaux pour reduire le cout de l’activite formelle et promouvoir la formalisation de l’informel.

A la BNC, nous continuons malgre tout a faire preuve de resilience dans la gestion des depots de la clientele, a demontrer plus de sagacite dans la distribution des credits, a consentir la diminution de nos marges et a poursuivre les efforts deja entrepris dans le cadre de la modernisation de la banque pour faire face a la concurrence tout en maintenant notre 3eme place dans le systeme bancaire.

Nous sommes conscients de notre role de banque commerciale de l’Etat et prenons a coeur la mission qui nous a ete confiee, celle d’accompagner tous nos concitoyens dans leurs efforts d’epargne et d’investissement et a la recherche de la satisfaction de leurs besoins de financement dans de bonnes conditions.

Aux organisateurs de ce forum, nous voulons exprimer notre gratitude de nous avoir donne cette possibilite de partager notre point de vue sur ce sujet d’actualite qui nous touche de tres pres, et sur lequel beaucoup de chemin reste encore a parcourir, pour que ces MPME, qui jouent un role preponderant dans notre communaute, beneficient de l’environnement adequat et de l’attention qu’il faut des pouvoirs publics, pour intervenir de maniere organisee dans un cadre formel.

A tous ceux qui nous ecoutent, ici et ailleurs, et sur quelle que soit la plateforme de communication, nous vous disons merci de nous avoir suivis. A tous les PPME qui ne sont pas encore clients, nous vous invitons a venir faire l’experience BNC.

Nos remerciements vont egalement et en particulier aux Membres du Conseil d’Administration et a tout le personnel qui continuent de travailler avec beaucoup d’ardeur et de courage dans les conditions tres eprouvantes que l’on sait, pour accompagner la clientele, lui garantir un service de qualite, et la disponibilite en tout temps et partout de tous nos produits et services.

BNC l’experience au service de toutes les generations.

—————

Raoul Pierre-Louis

President du Conseil d’administration de la Banque nationale de credit (BNC)