Invite d’honneur : L’enfance, cet immense territoire de Louis-Philippe Dalembert

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Louis-Philippe Dalembert est poete, romancier, essayiste avec diverses vies qu’il greffe immanquablement sur celle, fondamentale pour lui, de l’enfance au Bel-Air et des bribes d’histoires qui lient le monde a Haiti. Par exemple, Aquila en Italie et son tremblement de terre qui provoquent une rencontre physique et memorielle apres le seisme du 12 janvier en Haiti, et qui vont donner naissance a un magnifique roman, Ballade d’un amour inacheve. Avant que les ombres s’effacent nous fait remonter a une periode qui temoigne haut et fort d’un Haiti ancre dans ses ideaux de liberte, de radicalite, quoique secouee par les failles qui caracterisent son histoire. Haiti est ce pays qui a accueilli les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le livre est complexe, drole, brillamment ecrit et prouve, encore une fois, que Dalembert est un grand raconteur d’histoire a la generosite communicative. L’auteur a surpris plus d’un en 2019 avec Mur Mediterranee. Il a pris une incroyable altitude pour nous faire decouvrir les routes et les detours qui conduisent des hommes et des femmes, chasses par la guerre et la misere, sur le continent europeen. Et c’est l’actualite de l’assassinat de Georges Flyod aux Etats-Unis en 2020 qu’il exploite pour nous servir un roman somptueux en 2021 : Milwaukee Blues.

Louis-Philippe Dalembert a publie beaucoup de livres dans sa vie. Les derniers ont beaucoup fait parler de lui, ils ont ete particulierement salues. Milwaukee Blues a figure sur la derniere liste du Goncourt, le plus prestigieux prix litteraire francais et francophone et obtenu le prix Choix Goncourt de la Belgique.

C’est connu ! Les romans font plus parler des ecrivains, mais Louis-Philippe Dalembert est un excellent poete. Il a d’ailleurs commence par la poesie.

Auteur de plusieurs recueils, En marche sur la terre, publie en 2017 aux editions Bruno Doucey, en France, est un livre exceptionnel. Louis-Philippe Dalembert, tout en chuchotement, y parle du lieu d’ou il vient, de ce petit pays, grain de sable sur la carte du monde, de l’enfance passee a la maniere d’un cyclone d’automne, melant joies et peurs d’un meme elan au plus tenebreux des entrailles, un tout petit pays qui a plante sa gueule de caiman dans la chair de la mer caraibe et est l’univers entier.

Heureux comme Ulysse…

Dalembert a voyage, foule milles sols, mais c’est pour ne jamais laisser son pays, pour qu’aucune racine ne vienne le surprendre, supplanter des souvenirs et des attaches qui font de lui, l’homme et l’ecrivain majeur qu’il est aujourd’hui. Il prefere encore le statut d’etranger, celui qui rend plus fragile, qui fait refuser la paix et les certitudes au voyageur qui, quand il croit enfin respirer, n’aspire que des bouffees de nostalgies.

On ne quitte pas ce pays, on ne le quitte pas, un jour on croit partir loin, tres loin, s’en aller a jamais, laissant les nuages derriere soi, ivres de transhumance, lourd de fragilite, laissant les nuages nouer et denouer haut perche, leurs arabesques dans le ciel (…), un jour les odeurs reviennent, dans le lointain monde, reviennent du lointain du monde, un jour les odeurs detournees, les odeurs un jour renaissent, de l’eloigne du temps, celle de l’enfance les odeurs et celles fortes d’aujourd’hui (…), on ne laisse pas ce pays, ni ne s’en va…

L’auteur, de livre en livre, nous entraine dans son infini vagabondage, vers d’autres demains ou d’autres hiers, d’autres lointains du temps et du monde. Il ne compte plus les couches, les ciels, les odeurs. Il a satisfait ses reves de jeunesse, il est alle a Le Caire, Jerusalem, Dakar, Santiago et l’envie lui prend de plus en plus de descendre en route, de rebrousser chemin. Mais, il n’est pas certain de retrouver le chemin du retour. Quoique, nous pensons que ces cailloux qu’il pense n’avoir pas semes, ce sont ses livres, liens entre lui et chaque ame habitant ou errant sur cette terre d’Haiti qui ne dira pas son dernier mot, malgre les temps troubles et les mauvais signes qui viennent de partout.

Absolument poete

De <> a <>, c’est le meme ton que nous retrouvons chez Louis-Philippe Dalembert. Sa voix sort toujours de la meme source, son regard respecte la perspective de depart. Un jour il a pousse les portes de l’aube, s’est assis sous une veranda face a la mer des Caraibes, reve d’un poeme qui nulle part ne commence ou alors de l’enfance et nulle part ne finit.

Cantique du balbutiement, paru chez Bruno Doucey au debut de l’ete 2020, a obtenu le Prix Francois Coppee de la poesie de l’Academie francaise. En 2021, Alain Mabanckou qui dirige la collection Points a publie <>, une anthologie des poemes de Louis-Philippe Dalembert.

Louis-Philippe Dalembert, c’est un itineraire plein de graces, des villes et des coeurs ou tintent les sons cristallins du pays natal, des territoires gagnes, perdus, mais toujours beaux et charges de promesses.

De 1989, annee au cours de laquelle il publie chez L’Harmattan <> a <> a 2021, Louis-Philippe Dalembert a propose une oeuvre multiple, enchanteresse, gorgee des saveurs de l’enfance, d’aventure, de nostalgie, de prises de risques, toujours payante, ceinturee de poesie, comme pour ne pas perdre le chemin, malgre les doutes, malgre cette humanite qui s’obstine a eriger des murs, oubliant que certains hommes n’ont rien, hormis tout a perdre.

Beaucoup d’ecrivains haitiens connaissent Louis-Philippe Dalembert, le co invite d’honneur de livre en folie 2022, comme un grand ecrivain, mais aussi comme celui qui a le sens de l’amitie, qui, a chaque fois qu’il en a l’occasion, prete oreilles, coeur et ame. Il restera toujours la poesie, avec sa beaute, sa sincerite et toutes ces constructions eternelles qu’elle permet, mais il restera toujours et, sans doute, en echo infini, ce que Jacques Stephen Alexis appelle ce don du coeur, decelable dans toute l’oeuvre de Louis-Philippe Dalembert.

Frantz Duval

————————————————

Pour un encadre

Bibliographie de Louis-Philippe Dalembert

Romans:

Le Crayon du bon Dieu n’a pas de gomme. Paris: Stock, 1996; Paris: Le Serpent a Plumes (Motifs), 2004; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haiti, 2006.

L’Autre face de la mer. Paris: Stock 1998; Paris: Le Serpent a Plumes, 2005; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haiti, 2007; Port-au-Prince: C3 Editions, 2014.

L’Ile du bout des reves. Paris: Bibliophane/Daniel Radford, 2003.

Rue du Faubourg Saint-Denis. Monaco: Du Rocher, 2005.

Les dieux voyagent la nuit. Monaco: Du Rocher, 2006; Port-au-Prince: Editions des Presses Nationales, 2010; Port-au-Prince: C3 Editions, 2014.

Epi oun jou konsa tet Paste Bab pati (en creole). Port-au-Prince: Editions des Presses Nationales, 2008.

Noires blessures. Paris: Mercure, 2011; Port-au-Prince: Ami-Livre, 2012.

Ballade d’un amour inacheve. Paris: Mercure, 2013; Port-au-Prince: C3 Editions, 2014.

Avant que les ombres s’effacent. Paris: Sabine Wespieser, 2017.

Mur Mediterranee. Paris: Sabine Wespieser, 2019.

Milwaukee Blues. Paris: Sabine Wespieser, 2021.

Recit:

Vodou! Un tambour pour les anges, recit. Photos de David Damoison, Preface de Laennec Hurbon. Paris: Autrement, 2003.

Document:

Le roman de Cuba. Paris: Du Rocher, 2009.

Recueils de nouvelles:

Le Songe d’une photo d’enfance. Paris: Le Serpent a Plumes, 1993; Paris: Le Serpent a Plumes (Motifs), 2005.

Histoires d’amour impossibles… ou presque. Monaco: Le Rocher, 2007.

Les bas-fonds de la memoire. Port-au-Prince: Societe du Rhum Barbancourt, 2012.

Carrefour dangereux. Port-au-Prince: C3 Editions, 2014.

Les Bas-Fonds de la Memoire (nouvelle). Port-au-Prince: Legs Edition, 2018.

Nouvelles dans des ouvrages collectifs:

<>. Le Serpent a Plumes 15 (printemps 1992): 23-26. Egalement publie dans: Le Grand Cri caraibe (collectif). Paris: Serpent a Plumes, 1995: 91-110.

<>. Vents et Marees (Ile de La Reunion) 4 (mai 1993): 96-99.

<>. Passages (Paris) 58 (novembre 1993): 44-45.

<>. Revue de la Sorbonne Nouvelle. Paris, 1995.

<>. l’Encrier renverse (Castres) 34 (printemps 1997): 62-65.

<>. Od Haitija do Madagaskara: Antologija frankofone prie (collectif). Belgrade: Clio, 1997: 7-19.

<>. A peine plus qu’un cyclone aux Antilles (collectif). Rochefort: Balcon sur l’Atlantique/Le temps qu’il fait, 1998: 95-103.

<>. Les Chaines de l’Esclavage (collectif). Paris: Florent-Massot, 1998: 135-149; Ile en ile, 2000; Dernieres nouvelles du colonialisme(collectif). La Roque d’Antheron: Vents d’ailleurs, 2006: 25-47.

<>. Le Serpent a Plumes 30 (1996): 17-20. Egalement publie dans: Passerelles (Thionville) 18-19 (hiver 1999): 73-78.

<>. Calabash (New York) 1.1 (September 2000): 1-10.

<>. Ile en ile, 2003; La Nouvelle Revue Francaise 576 (janvier 2006): 202-214.

<>. Riveneuve Continents 4 (printemps 2006): 207-215.

<>. Riveneuve Continents 5 (automne 2007): 303-311.

<>. Haiti noir. Textes presentes par Edwidge Danticat. Paris: Asphalte, 2012: 176-195.

<>. Une enfance haitienne. Textes recueillis par Guy Regis Jr. Paris: Gallimard: 2017: 23-39.

<>. …des hommes et des ombres. Textes reunis et presentes par Dieulermesson Petit Frere. Port-au-Prince: Legs Edition, 2018: 51-55.

Poesie:

Evangile pour les miens. Port-au-Prince: Choucoune, 1982.

Et le soleil se souvient (suivi de) Pages cendres et palmes d’aube. Paris: L’Harmattan, 1989.

Ces iles de plein sel et autres poemes. Ivry-Sur-Seine: Silex/Nouvelles du Sud, 2000.

Poeme pour accompagner l’absence. Montreal: Memoire d’encrier, 2005.

En marche sur la terre. Paris: Bruno Doucey, 2017.

Cantique du balbutiement. Paris: Bruno Doucey, 2020.

Ces iles de plein ciel et autres poemes. Paris: Points, 2021