KSPS a organisé un sit-in devant le MSPP pour exiger la mise en place d’un bon système transfusionnel en Haïti

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Le groupe Konbit San Pou San (KSPS) a organisé un sit-in devant le MSPP pour exiger que les autorités mettent en place un bon système transfusionnel dans le pays.

Pour commémorer les 14 ans du séisme du 12 janvier 2010 et célébrer les 3 ans d’existence du groupe Konbit San Pou San (KSPS), les organisateurs de cette association ont organisé le vendredi 12 janvier un sit-in devant l’entrée du Ministère de la Santé Publique et de la Population visant à exiger des autorités sanitaires la mise en place d’un bon système transfusionnel dans le pays qui manque de pochettes et des intrants pour traiter le sang des donneurs. Une cinquantaine de citoyens dont des donneurs de sang, le coordonateur de la Synapoha Lionel Lazare ainsi que des journalistes ont pris part à ce sit-in.

Docteur Cassandra Jean François, dans sa prise de parole devant la barrière du MSPP a déploré la situation alarmante du système sanitaire du pays qui se dégrade. “Alors que les problèmes augmentent du point de vue sanitaire, l’Etat continue de réduire le budget de la santé. Une situation qui pose des problèmes au bon fonctionnement du centre transfusionnel”, a-t-elle déclaré avant d’ajouter que des patients meurent à l’hôpital à cause d’une rareté de pochettes vides pour recueillir le sang du donneur et des intrants pour traiter les patients.”

Cassandra Jean François a montré l’importance d’un bon système transfusionnel en Haïti qui peut sauver la vie de milliers de gens en difficulté. “Konbit San Pou San est conscient que chaque jour des gens sont accidentés sur leur chemin et peuvent être morts s’ils ont besoin d’une pochette de sang”, a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, Louino Robillard a souligné les mauvaises situations des employés du système sanitaire du pays. Le nouveau Président de Konbit San Pou San a indiqué que le CNTS a fait savoir à KSPS qu’il n’est pas en mesure de faire la collecte en raison de l’absence de pochettes vides. “Nous venons ici pour demander au MSPP de mettre les ressources à la disposition du Centre National de Transfusion Sanguine afin qu’il puisse donner de meilleur service à la population. Aucune personne ne doit mourir parce qu’elle n’a pas accès à une pochette de sang”, a-t-il lâché.

Présent à ce sit-in, Lionel Lazare, président du Synapoha, a fait savoir que les policiers sont vulnérables par rapport à leur métier. Face à cette situation, le responsable du Syndicat National des Policiers Haïtiens a jugé important de participer à ce sit-in pour demander aux autorités de régler au plus vite la situation transfusionnelle en Haïti.

“Comment peut-on imaginer dans un pays il n’y a pas de pochettes vides ni d’intrants pour traiter le sang. Nous trouvons que cette situation est très dure surtout pour nous au niveau de la PNH. Si on appelle le Synapoha pour trouver du sang pour un policier blessé dans une opération ce serait impossible. C’est la raison pour laquelle nous sommes présents ce matin pour demander au ministère de la santé publique d’assumer sa responsabilité.”

A l’issue de ce sit-in, un atelier stratégique de plaidoyer et de solutions innovantes a été organisé à l’hôtel Marriott. Le Docteur Garnel Michel, directeur exécutif de Stop Accidents et Me Lacks-Guvens Cadette, avocat au barreau de Port-au-Prince, ont été les deux intervenants qui discutaient du système de sécurité transfusionnelle en Haïti.

A la fin de l’activité, le nouveau comité de KSPS a été présenté au public. Ce nouveau comité a un mandat de deux ans qui expirera le 12 janvier 2026.