La cha?ne

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Ce livre “Petit trait? du racisme en Am?rique” sort en librairie aujourd’hui 4 janvier. C’est une seconde ?dition augment?e. La premi?re ?dition ?tait parue l’ann?e derni?re au Qu?bec. Pourquoi une nouvelle ?dition? Parce que le Qu?bec, se trouvant en Am?rique du nord, a une longueur d’avance sur l’Europe, sur les sujets que je traite dans ce livre. Du moins certaines particularit?s car le th?me principal, le racisme, s’acclimate partout comme la mauvaise herbe. Il est rapidement compris par tous ceux qui veulent faire le maximum de profit. On ne le dira jamais assez, l’argent est la source de toutes les discriminations. Qu’il s’agit de classe, de sexe ou de race (?trangement le racisme existe, bien que la notion race n’ait aucun fondement scientifique). ?tant toujours vu comme un corps ?tranger, le Noir ne b?n?ficie d’aucune protection sociale. L’ultime r?ve ?conomique reste l’esclave qu’on n’a pas ? payer puisqu’il est, selon le Code Noir, “un bien meuble”. Je voulais savoir o? on en ?tait dans ce d?bat. Avons-nous fait quelques progr?s dans un sens ou un autre? Apr?s les quatre ans de Trump, j’ai tendance ? croire qu’on a recul?. Et ce recul se remarque un peu partout dans le monde, et cela m?me dans les pays qui se battent, l?gitimement, pour leur autonomie. En fait, la question ne concerne pas uniquement les Noirs Am?ricains. Il faut croire que cette question touche plus directement Ha?ti puisqu’elle revendique cette ind?pendance conquise depuis 219 ans. Ayant beaucoup voyag?, je dois dire que les autres nations nous observent ? la loupe pour savoir comment traverser le temps avec un tel fardeau sur les ?paules. Pourquoi? On peut parler de fardeau parce que si cela fait pr?s de 220 ans qu’on a gagn? notre libert? par les armes, on a essuy? au fil du temps de multiples coups d’?tat, ? chaque fois suivi d’une brutale dictature. Quoi qu’on dise, on s’est d?barrass? du Colon. La n?vrose dictatoriale a remplac?, chez nous, la n?vrose coloniale. Est-ce pour cette raison que l’Ha?tien garde une plus grande distance face au racisme que le Noir am?ricain? On n’accorde pas tant de pouvoir au raciste. Je voudrais analyser cette question en tenant compte de cette nuance. Contrairement aux Am?ricains noirs qui vivent au coeur du probl?me puisque l’ancien ma?tre partage encore le m?me espace que l’ancien esclave (une col?re qui se renouvelle quotidiennement), nous nous sommes retrouv?s entre nous, avec une rage inassouvie, et cela malgr? la tuerie qui a suivi l’ind?pendance. Ce qui m’int?resse ici ce sont les m?faits du racisme aux ?tats-Unis, et de quelle mani?re ils structurent la sensibilit? des Noirs am?ricains aujourd’hui. On doit tenir compte du pass? si on veut comprendre certaines flamb?es de violence, comme l’affaire George Floyd. Il faut croire que c’est d? ? cette accumulation continue d’humiliations et de rejets qui rend le fardeau plus lourd ? porter qu’ailleurs. La pression sur les nerfs de l’esclave fut constante durant ces si?cles o? il ?tait taillable et corv?able ? merci, sauf un temps bref apr?s la guerre de s?cession. Puis les affaires ont repris et l’ancien esclave est devenu un ouvrier surexploit?, conscient que sa condition ne changera pas sans un chambardement total des valeurs ?tablies. Cette r?volution n’?pargnera pas le Sud, ni m?me le Nord, car on aura compris que chacun veille ? ses profits personnels. Ce sont deux ou trois choses que je voudrais dire afin qu’on comprenne que dans le cas du racisme le pass? est toujours pr?sent.

Dany Laferri?re
4 janvier 2023

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.