La faim, l’insecurite et nos politiciens nous poussent vers le pire

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Personne ne se risque a prendre des paris, mais la faim et l’insecurite sont en train de pousser les Haitiens dans leurs derniers retranchements. La faim ou l’insecurite, on ne sait pas laquelle des deux finira par pousser les gens a prendre les rues, mais ce n’est qu’une question de temps si tout continue au rythme actuel.

La faim, l’insecurite et la maladresse de nos politiciens nous poussent vers le pire.

Pour ce qui est de la faim, il y a les statistiques officielles des organisations internationales et des organisations non gouvernementales. Elles sont froides. Et meme ces informations donnent froid dans le dos, cela n’est rien devant la detresse des meres de famille qui assistent chaque jour a l’allegement de leur panier.

<>, s’est exclamee une dame devant l’etal d’un marchand de rue. La vie chere se traduit par des portions plus petites, par des repas sautes, par pas de repas du tout dans certaines familles.

Comme pour les autres problemes du pays, le gouvernement ne fait rien pour alleger la souffrance des plus pauvres. Il n’y a ni cohortes de travailleurs qui font semblant de participer a l’assainissement des rues, ni cantines populaires, ni projets annonces.

On laisse faire. Le gouvernement espere que la main invisible du marche ou la providence finira par resoudre le probleme. La resilience proverbiale des Haitiens n’est-elle pas synonyme d’accoutumance a toutes les miseres et a la pauvrete ?

Reseaux sociaux aidant, la violence n’est plus une rumeur. Les photos et les videos sont partagees sur WhatsApp avant meme que les parents des victimes ne soient informes. Les nouvelles vont vite. Comme les commentaires qui les accompagnent.

Les Haitiens vivent en direct les actions des gangs, se les partagent, les retrouvent sur leur telephone. Les faiblesses des autorites font le lit de plus de violence chaque jour.

Pendant ce temps, les politiciens cherchent les stratagemes les plus images pour ne pas s’asseoir autour de la table du dialogue. La seule table qui les attire est celle des envoyes americains qui alimentent depuis des annees l’art de perdre du temps dans un pays en detresse absolue.

Est-ce la faim ou l’insecurite le pire danger qui nous guette ? Non.

Nos politiciens sont nos pires problemes pour le moment.