La hausse du prix du petrole sur le marche international, l’autre menace pour la stabilite financiere d’Haiti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

En dehors de l’obstacle constitue par les gangs armes a la distribution des produits petroliers sur le territoire national, l’augmentation de leurs prix sur le marche international represente un vrai choc pour l’economie nationale. Au cours du mois d’octobre, le prix du petrole sur le marche international avait touche un sommet inegale en sept ans. Le prix du baril de petrole brut avait alors atteint 78,38 dollars americains, son plus haut niveau depuis 2014, sur le <>. Tandis que le prix du baril de Brent etait de 81,57 dollars americains au debut du mois d’octobre. La tendance demeure a la hausse au debut du mois de novembre. Par exemple, le mercredi 10 novembre 2021, le cours du baril de petrole Brent s’elevait a 84,9 dollars americains.

L’impact de la hausse du prix du petrole sur le marche international sur les finances publiques haitiennes demeure tres preoccupant. En appliquant la structure des prix actuellement en vigueur sans tenir compte de la subvention de l’Etat, pour l’arrivage en date du 23 septembre 2021, le prix du gallon de gazoline devrait etre fixe a 427 gourdes, selon les calculs du docteur en economie Daniel Dorsainvil, ancien ministre de l’Economie et des Finances.

Ainsi, pour garder le prix du gallon de gazoline a la pompe a 201 gourdes, le gouvernement haitien a du consentir un manque a gagner de 120 gourdes par gallon en plus d’un financement de l’ordre de 106 gourdes par gallon, portant ainsi le cout total de la subvention a 226 gourdes par gallon. Le prix a la pompe, 201 gourdes, serait meme inferieur au prix d’achat qui etait de 238 gourdes a la date de l’arrivage.

Pour le diesel (arrivage du 25 septembre 2021), le prix sans subvention avec tous les droits et taxes s’eleverait a 358 gourdes si l’on appliquait strictement le bareme actuel. Le prix a la pompe est pourtant de 169 gourdes a la pompe alors que le prix d’achat etait de 223 gourdes. Pour le kerosene, toujours selon les estimations du Dr Dorsainvil, le prix sans subvention incluant tous les droits et taxes est de 352 gourdes pour un prix de 163 gourdes observe a la pompe, tandis que le prix d’achat est de 239 gourdes.

Un financement monetaire record

En faisant le decompte, on aboutit a un manque a gagner (droits et taxes non percus) cumule de 18,7 milliards de gourdes et un financement de 13,3 milliards de gourdes pour l’exercice fiscal 2020-2021, soit un total de 32 milliards de gourdes ou encore 33 % des recettes internes collectees par le Tresor public pour l’exercice fiscal 2020-2021. Notons que les recettes internes totales s’elevaient a 96 milliards de gourdes pour l’annee fiscale 2020-2021.

Pour l’annee precedente, le total s’elevait a 29,6 milliards de gourdes. La subvention des prix des produits petroliers represente plus de la moitie du deficit budgetaire de 60,96 milliards de gourdes realise pour l’exercice fiscal 2020-2021. Ce deficit record a ete finance partiellement par la Banque de la Republique d’Haiti (BRH) a hauteur de 49,2 milliards de gourdes au 30 septembre 2021.

les consequences de ce financement monetaire record sont tres preoccupantes aux yeux du gouverneur de la Banque de la Republique d’Haiti Jean Baden Dubois. Ce dernier confirme : <> On comprend donc qu’il s’agit d’un veritable choc economique pour le pays. Et les repercussions se font sentir sur l’ensemble de la population, particulierement sur les plus vulnerables.

Trois principaux facteurs expliquent la fluctuation des prix du petrole a la pompe en Haiti : le taux de change (la depreciation de la gourde), les differents frais et taxes sur l’importation du petrole et la variation des prix de l’essence sur le marche international. Le taux de change et le prix du petrole sur le marche international demeurent les facteurs les plus importants. Quand le taux de change augmente, le prix sur le marche local peut augmenter meme si le prix baisse sur le marche international.

Selon les simulations effectuees par le Dr Dorsainvil, une augmentation de 1 % du prix d’achat des divers produits petroliers due a une augmentation des prix sur le marche international, en maintenant le taux de change fixe, les frais et les quantites importes inchanges, provoquera une augmentation de 1,5 % le cout total de la subvention. Autrement dit, pour chaque augmentation d’un point de pourcentage des prix sur le marche international, le cout de la subvention augmente d’un milliard de gourdes ou l’equivalent de 10 millions de dollars americains. Si les prix continuent d’augmenter sur le marche international et que parallelement la gourde poursuit sa depreciation, la subvention des prix a la pompe pourrait atteindre un niveau insoutenable.

Quelles perspectives ?

Le diagnostic est clair : la subvention des prix des produits petroliers coute chere a l’Etat haitien et au citoyen lambda via la taxe de l’inflation. Le statu quo semble ne pas etre soutenable. Mais la solution a envisager n’est pas non plus evidente. Il suffit de penser a la hausse avortee des 6 et 7 juillet 2018. Cette augmentation etait devenue necessaire a cause de la depreciation acceleree de la gourde puisque les prix de l’essence etaient en baisse sur le marche international entre octobre 2014 et juin 2018. Pour les taxes et frais, l’Etat ne peut pas toucher significativement la marge beneficiaire des operateurs. Sa seule marge de manoeuvre est de renoncer a la perception des droits de douane et des taxes, comme il le fait depuis des annees.

En ce qui a trait aux perspectives sur l’evolution des prix sur le marche international, les previsions ne montrent pas de diminution pour la fin de l’annee 2021. D’ailleurs, l’Organisation des pays exportateurs de petrole (Opep), la Russie et leurs allies ont decide de restreindre leur augmentation de la production a 400 000 barils de plus par jour jusqu’en novembre. Cette decision de l’Opep etait conforme au plan prealablement etabli qui visait a ajouter cette meme quantite de barils chaque mois, jusqu’au retour au niveau de production avant les importantes reductions faites en 2020 pour soutenir les prix durant la pandemie. Le cartel continue de monitorer la quantite produite de facon a influencer le prix sur le marche international.

Bank of America a recemment prevenu que durant l’hiver 2022, le prix du baril de petrole pourrait atteindre 100 dollars americains pour la premiere fois depuis plus de sept ans. Dans la meme veine, l’analyste en chef pour le secteur petrolier de la firme IHS Markit indiquait a Radio Canada <>. Un baril a 100 dollars americains serait un vrai coup de massue pour une economie haitienne deja exsangue.

Thomas Lalime

[email protected]