La justice haitienne refuse de marquer des buts

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’equipe haitienne de football des amputes a remporte le titre de championne de l’Amerique du Nord, Centrale et des Caraibes. Les joueurs valident leur billet pour disputer la phase finale de la Coupe du Monde de la categorie qui se disputera en octobre prochain en Turquie. Compliments a cette selection nationale habituee des accomplissements.

Pour finir champions, ce dimanche 20 mars, les Grenadiers ont fait voler en eclat la defense du Salvador (5-1).

4 buts d’ecart comme pour la defaite infligee au Real Madrid le meme jour par le FC Barcelone.

Les amputes haitiens et les joueurs de Barcelone n’avaient pas fait de promesses. Ils se sont contentes de se preparer et d’affronter sur le terrain leur adversaire.

Les autorites haitiennes sont dans une autre disposition d’esprit. Elles multiplient les promesses et n’en tiennent aucune.

C’est le cas pour la securite comme pour la justice.

Si pour la securite on peut trouver mille excuses au manque de resultat de nos chefs, pour la justice, particulierement pour l’enquete sur l’assassinat du president Jovenel Moise, il devient de plus en plus incomprehensible de deviner les raisons des ratages successifs.

Plus de huit mois apres l’assassinat du president Moise en son domicile dans la nuit du 7 juillet 2021, la justice haitienne passe son temps a nommer des juges d’instruction qui- pour une raison ou une autre- n’arrivent pas a mener le dossier a bon port.

Quand on nomme un juge il ne dure pas au poste ou n’a pas les moyens ou n’a pas le dossier ou conjugue toutes les difficultes.

Le dernier juge en date charge du dossier, le juge Merlan Belabre, nomme depuis le 4 mars n’a toujours pas recu le dossier. Les jours passent et le mandat du juge arrive a terme dans moins de trois mois. Le juge Belabre reconnait lui-meme que le temps qui lui reste de son mandat sera insuffisant pour qu’il traite le dossier.

Quand on connait les peripeties pour renouveler le mandat des juges on peut se demander si la Justice n’a pas choisi en connaissance de cause un juge qui a deja une faiblesse pour lui remettre le dossier.

Remettre le dossier est un bien grand mot. Le juge n’a toujours pas le dossier ou ce qu’il en reste. Il y a eu plusieurs vols au greffe ces derniers mois.

Autres difficultes : les moyens pour permettre au juge de travailler en toute securite sont promis mais ne sont pas mis a sa disposition. L’Etat, a son plus haut niveau, peine a donner au juge les moyens pour mener a bien le dossier. Certains voient dans cette incapacite une decision claire de ne pas laisser l’affaire sortir des limbes des tiroirs de la justice.

Huit mois et quatre juges d’instruction plus tard, le dossier de l’assassinat du president de la Republique n’avance pas. Barcelone a eu le temps de changer d’entraineur, de se renforcer et de terrasser le Real Madrid.

En huit mois, les miracles sont possibles si on se met au travail et si on veut des resultats.