La mort en direct d’un artiste, d’un pays

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

La magie des r?seaux sociaux, de l’Internet, des t?l?communications, le niveau d’?quipements des uns et des autres, tout cet univers permet ? ceux qui le peuvent d’?tre tr?s bien inform?s, en direct et de b?n?ficier presque du don d’ubiquit?.

Nous sommes de plus en plus partout en m?me temps et tous ? la fois.

Samedi 15 octobre, les Ha?tiens int?ress?s pouvaient suivre en direct le trajet des avions canadien et am?ricain en route pour venir livrer des ?quipements pour la Police nationale d’Ha?ti et les pr?paratifs du concert des retrouvailles du groupe Carimi ? Accor Arena, ? Paris.

Ici et dans toute la diaspora, informations, rumeurs et partages WhatsApp tiennent tout le monde au courant des m?mes fake news et des m?mes r?alit?s. Tout va vite.

Samedi 15 octobre, c’est en direct que beaucoup de compatriotes ont v?cu le triomphe de Carimi, le malaise de Michael Benjamin (Mikaben) et ont appris le d?c?s de ce dernier.

La mort en direct n’a jamais ?t? plus cruelle.

Ce m?me samedi, ? un autre rythme, chaque Ha?tien et chaque personne sur la terre int?ress?e au sort de ce pays ont pu suivre la d?gradation continue de la situation d’un pays en agonie.

Contrairement ? Mika qui a re?u les soins appropri?s, entour? de l’amour et de l’inqui?tude de ses amis et du public, on a l’impression croissante que ni les dirigeants, ni les opposants qui r?vent de pouvoir, ni la population et encore moins les amis d’Ha?ti ne comprennent l’urgence et la gravit? de la situation.

Un grand malheur guette Ha?ti. Un malheur aussi p?rilleux que celui qui a emport? Mikaben. Nous le vivons en direct. Et comme pour Michael Benjamin, on se demande si c’est vrai et vraiment vrai ce ? quoi on assiste.

La mort d’un pays en direct. La mort d’un artiste en direct. La mort dans les deux cas est tout, sauf un spectacle. C’est une grande trag?die.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.