La primature continue d’entretenir les gangs, insiste Pierre Esperance

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<>, a rapporte Pierre Esperance a la matinale de Magik 9 le lundi 21 mars 2022. <>, a ajoute le directeur executif du RNDDH, recusant l’information selon laquelle la timide reprise des activites dans cette zone est due a des operations menees par la Police nationale d’Haiti parvenant a maitriser les hommes de 400 Mawozo.

Le defenseur des droits humains, qui insiste sur des alliances entre la Primature et les gangs, a revele que trois substituts du parquet de la Croix-des-Bouquets ont ete charges par des membres du gouvernement de proteger des bandits a Croix-des- Bouquets. <>, a fait savoir Pierre Esperance, quarante-huit heures apres que le Premier ministre a declare que son gouvernement ne tolererait que des membres de son gouvernement ordonnent la liberation des bandits interpelles par la Police nationale d’Haiti (PNH). <>, a fait savoir Ariel Henry le vendredi 18 mars lors d’un point de presse.

<>, a retorque M. Esperance. <>, a martele le defenseur des droits humains, rappelant que les deux substituts qui ont reintegre la fonction publique avec l’approbation du chef de la Primature ont ete revoques sous l’administration de Jovenel Moise pour malversation. Pierre Esperance a appris que ces deux substituts sont transferes au departement de l’Artibonite par le ministre de la Justice et de la Securite publique. Non pas pour leur implication dans la liberation de bandits, a-t-il precise, mais pour d’autres raisons.

En ce qui concerne l’entretien de la federation <>, Pierre Esperance a indexe le directeur de la douane. <>, a detaille le directeur executif du RNDDH, tentant de rassurer sur les preuves concernant les rapports entre le gouvernement et des gangs, que le RNDDH a en sa possession.

Pour corser ses accusations contre le gouvernement haitien, M. Esperance est revenu sur l’interpellation des six agents du Service d’intelligence nationale (SIN) par la Police nationale d’Haiti, le 5 mars dernier. Parmi ces derniers, a affirme Pierre Esperance, trois d’entre eux sont membres du gang dirige par le denomme Chrisla, operant a l’entree sud de Port-au-Prince. Le bureau du SIN, que l’on croyait ne plus exister, a souligne Pierre Esperance, est au 8e etage du batiment qui abrite le ministere de l’Interieur et des Collectivites territoriales. Ce bureau recoit des consignes de deux membres du cabinet du ministre de l’Interieur, a rapporte Pierre Esperance.