La realite et le discours officiel

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Apres quatre mois a la tete d’un gouvernement completement transparent, Ariel Henry a boucle ses negociations, preserve un <> des forces et appetits en presence, du Secteur democratique et populaire (SDP) au camp Martelly, et installe un nouveau cabinet ministeriel. Le PM Henry, chef du Conseil superieur de la police nationale (CSPN), a annonce dans la foulee que le maximum est fait avec les moyens du bord pour lutter contre l’insecurite. <>, a-t-il affirme lors de l’installation de ce cabinet. Pour le moment, l’autorite de l’Etat est loin d’etre restauree a Martissant, a la Croix-des-Bouquets, a Cite Soleil, Grand-Ravine, au bas de la ville… Depuis juin, l’entree sud de Port-au-Prince est plus qu’une zone de non-droit. Elle est devenue un enfer. Les usagers du troncon Martissant 1 a 23 savent que la mort, ordinaire, peut se retrouver au bout de la traversee. Pour les quatre departements du grand Sud, l’asphyxie se poursuit. Les deplaces de Martissant ont depuis pris racine au centre sportif de Carrefour dans l’oubli de tous ou presque.

A l’aune du PM Henry, il faudra chercher a savoir ce que signifie faire le maximum

La semaine derniere, le PM Henry a fait du Jovenel Moise. <>, avait poursuivi le chef du CSPN. Si le Premier ministre Ariel Henry n’a ni cite ces zones de non-droit ni indique de qui <>, la realite des habitants de la zone metropolitaine est loin d’etre plaisante. Les rues sont quasiment livrees aux kidnappeurs.

Mardi dernier, au moins 21 cas de kidnapping ont ete enregistres dans trois departements. Les ravisseurs n’ont pas ete freines dans leur course. Ce lundi, a un jet de pierre du palais national, un directeur d’ecole a ete enleve. Vendredi dernier, quatre ecoliers ont ete kidnappes. Quatre autres personnes, dont des passeurs de connaissances, sont tombees dans les filets des ravisseurs. Encore une fois, la realite rattrape la fiction des discours officiels. Plus qu’avant, le PM Ariel, qui incarne aujourd’hui l’autorite supreme, avec beaucoup de leviers de pouvoir en main, est au pied du mur. Lui et son cabinet, avec leurs fragilites, n’ont pas le luxe du temps de grace.