L’administration Biden s’inqui?te de la situation en Haiti et poursuit les expulsions massives de migrants ha?tiens

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Au cours du mois de mai 2022, l’administration Biden a expuls? vers Ha?ti pr?s de 4 000 Ha?tiens sur 36 vols. <>, peut-on lire dans un article du New York Times, soulignant que selon certains, l’instabilit?, surtout depuis l’assassinat en juillet du pr?sident Jovenel Mo?se a rendu relativement facile pour le gouvernement am?ricain ces op?rations d’expulsion. Le nombre de vols par mois a diminu? par la suite, mais est remont? en janvier, avec 36 vols. Il y a eu un total de 39 vols de f?vrier ? avril, et le nombre a encore augment? en mai, avec de nombreuses familles et des enfants de moins de 3 ans ? bord des 36 vols de ce mois.

Entre-temps, le chef de la mission des Etats-Unis ? l’ONU, l’ambassadeur Thomas-Greenfield a rencontr? le premier ministre ha?tien Ariel Henry. Selon la porte-parole par int?rim de la Mission des ?tats-Unis aupr?s des Nations Unies, Melissa Quartell, <>.

<>, peut-on lire dans ce communiqu?.

<>, selon ce communiqu?.

Du 19 au 26 mai, les agents frontaliers am?ricains ont intercept? 1 868 Ha?tiens qui avaient travers? la fronti?re sud-ouest, selon des donn?es internes du gouvernement. Au cours de cette p?riode, il y a eu 21 vols d’expulsion vers Ha?ti. En comparaison, sur la m?me p?riode, ils ont intercept? 5 264 Guat?malt?ques et 4 453 Honduriens, et les ?tats-Unis ont envoy? sept vols d’expulsion vers chaque pays.

Depuis septembre, plus de 25 000 Ha?tiens ont ?t? expuls?s des ?tats-Unis et renvoy?s en Ha?ti, pays en proie ? la violence des gangs et une crise humanitaire qui s’aggrave, a indiqu? le New York Times. ? un moment donn?, le mois dernier, les Ha?tiens repr?sentaient environ 6 % des migrants traversant la fronti?re avec le Mexique mais occupaient 60 % des vols d’expulsion, selon les registres de vol et les donn?es internes de la fronti?re, ?crit le New York Times.

Le pr?sident Biden s’est pr?sent? aux ?lections en promettant de faire preuve de compassion ? l’?gard des politiques d’immigration des ?tats-Unis, notamment en mati?re d’asile. Mais il s’est av?r? difficile de mettre en place de nouvelles politiques dans un contexte de forte augmentation de la migration et d’une pand?mie. Certaines politiques de l’?re Trump restent en place, selon le New York Times.

L’administration Biden a ?galement r?tabli le programme de lib?ration conditionnelle pour la r?unification des familles ha?tiennes, auquel l’administration Trump a mis fin en 2019. Le programme donne aux citoyens am?ricains et aux r?sidents permanents l?gaux admissibles la possibilit? de demander une lib?ration conditionnelle pour les membres de leur famille en Ha?ti. Mais il y a eu des retards dans la mise en place du programme parce que les responsables de l’administration estiment qu’il n’est pas s?r d’envoyer des employ?s du gouvernement am?ricain en Ha?ti pour traiter les demandes, selon un aide du S?nat qui a parl? sous le couvert de l’anonymat pour discuter d’une affaire interne.

Cette ann?e, l’administration a autoris? 55 000 visas de travail temporaires, dont 18 000 r?serv?s aux personnes originaires du Salvador, du Guatemala, du Honduras et d’Ha?ti. Le minist?re de la s?curit? int?rieure ne sait pas combien de ces visas ont ?t? accord?s ? des personnes de chaque pays. La r?cente recrudescence des expulsions d’Ha?tiens a de nouveau suscit? des critiques selon lesquelles l’administration Biden traite les migrants noirs diff?remment des autres, une all?gation qu’elle a maintes fois d?mentie.

<>, a d?clar? le s?nateur Bob Menendez, d?mocrate du New Jersey et pr?sident de la commission des relations ext?rieures. Lui et d’autres ont soulign? l’action rapide des ?tats-Unis pour permettre aux Ukrainiens d’entrer dans le pays alors qu’ils fuyaient l’invasion russe.

<<Nous n'avons pas vu une seule nouvelle politique pour faire face au nombre ?lev? d'Ha?tiens d?plac?s dans l'h?misph?re occidental", a ajout? M. Menendez, "si ce n'est de les expulser aussi rapidement que possible."