L’app?t du gain au coeur de nos m?saventures depuis deux si?cles

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

C’est l’app?t du gain qui a conduit les nations europ?ennes ? coloniser l’Am?rique. C’est encore l’app?t du gain qui a encourag? l’esclavage, le Code Noir, le commerce triangulaire et toutes les ignominies sur cette terre de 1492 ? 1804.

C’est encore l’app?t du gain qui a conduit au ran?onnage fran?ais contre Ha?ti en 1825. L’app?t du gain qui a port? les banquier a invent? la double dette et la politique des emprunts sans fin. Encore l’app?t du gain qui mirent les Am?ricains sur la trace des Fran?ais pour les remplacer en Ha?ti.

D’ici trois ans, cela fera deux si?cles que cette partie de l’?le, qui a ?t? pour son malheur l’une des plus riches colonies du nouveau monde, attire les charognards de tout plumage qui s’ing?nient ? la d?pecer.

Les statistiques sont ?loquentes. Alors que les dirigeants ha?tiens se contentaient des miettes de la petite corruption, les intelligents amis d’Ha?ti d?coupaient copieux sur la table dress?e sur le dos de la mis?re d’Ha?ti.

L’app?t du gain aidant, depuis deux si?cles on fait ripailles sur les d?combres d’un Etat en d?composition. Et rien ne contrarie les app?tits des voraces.

Indemnit?s, dettes, contr?le des finances et des douanes, amiti?s inavouables avec dictateurs et mauvais dirigeants, fonds pour la reconstruction apr?s le s?isme, l’argent de PetroCaribe, toujours au chevet de nos malheurs il y a eu des Ha?tiens et nos meilleurs amis.

Aujourd’hui, avant que ne soit fait le d?compte des autres m?comptes, le New York Times a donn? une estimation, une large fourchette, entre 21 et 115 milliards de dollars tel serait le pr?judice caus? par la France ? Ha?ti.

Au-del? des discussions et sp?culations, reproches et limites de l’enqu?te, elle jette un cadre sur un ?l?ment pr?cis : l’argent.

On peut revoir le montant, refaire les calculs, contester la formule, il restera un solde et une question : comment faire pour que l’app?t du gain, d’un c?t? comme de l’autre, ne bouffe pas les esp?rances d’un arrangement apais?.

Frantz Duval