Le bien et le mal, une mise en scene de Daniel Marcelin

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’histoire des Mille et une nuits est peut-etre connue de tout. Un roi, trahi par son epouse, la decapite. Dorenavant, il deflorera chaque soir une jeune vierge qu’il executera le matin venu. Personne ne parvient a arreter la barbarie. Jusqu’a ce que Sheherazade lui raconte chaque soir une histoire qu’elle interrompt a l’aube. Pour connaitre la suite, le roi lui laisse la vie sauve, et les recits s’enchainent sans interruption durant mille et une nuits.

Dans sa mise en scene, Daneil Marcelin fait entrer les quatre elements: feu, air, terre et eau. Selon que le comedien detient telle couleur de foulard, il symbolise l’un des quatre elements vitaux pour l’homme. Mais l’eau est l’element principal autour duquel tournent les autres. Leau, symbole de la vie, est represente Maitre Agwe dans le vodou haitien.

Parmi les scenes, il faut citer retenir celle du roi grec et le medecin. Dans celle-ci, le roi fait perir le medecin qui l’a gueri de la lepre. Dans cette partie, il faut apprecier le talent de Regis Innocent (dans l’incarnation du roi) ou celui de Rony Charlestin (medecin) ou encore celui d’Estherlineda dans le role de vizir. Le roi, reconnaissant envers le medecin dans un premier temps va vite oublier le bien que le medecin lui a fait. Son pouvoir a exercer la violence et son aveuglement vont faire perir le medecin. Une etrange recompense pour son sauveur !

On revoit aussi la scene du demon et le pecheur. Pendant qu’il peche, ce dernier a trouve un flacon contenant un genie qui s’etait jure de tuer quiconque le delivrerait. Le demon ne voulant pas entendre raison, le pecheur eut recours a la ruse pour faire entrer le demon dans le flacon, et reboucha soigneusement la fiole une fois le demon a l’interieur. Le pecheur fit comprendre au demon qu’il n’y a aucun avantage a tuer quelqu’un qui nous a rendu service, et lui fit ensuite jurer qu’il ne le tuerait pas s’il le liberait de nouveau. La seconde fois, le demon tint sa promesse et le recompense.

A l’Alliance francaise du Cap-Haitien, Daniel Marcelin nous plonge a nouveau dans cette tradition orale. Le conte reprend vie au sein du theatre. Les comediens livrent avec un naturel saisissant la vie qui habite ces personnages et les demons qui les rongent. Le moment entre les deux comediens est empreint d’une grande sensibilite. La situation de ces personnages resonne de maniere etonnante aujourd’hui. On rumine encore quelques repliques.

<> <>

La mise en scene de Daniel Marcelin a ete de grande envergure. Aide par cinq comediens, le metteur en scene parvient a faire reflechir le spectateur. C’est sans doute sa plus grande reussite. La liberte de jeu et le plaisir de raconter en introduisant d’autres genres du theatre avec des chants, danse et masques (Commedia dell’arte: genre de theatre populaire italien). Les choix visuels du metteur en scene ne sont pas anodins. Il donne une vision du texte qui se conforme au gout du jour.

La piece <> se veut un voyage dans Les Mille et une nuits, ce classique arabe. Elle se veut aussi un melange de genres (contes / theatre). Adapter Les Mille et une nuits, c’est s’amuser a passer d’un registre a l’autre, faire dialoguer ce texte avec le monde qui nous entoure. C’est aussi faire que le decor des nuits puisse etre cette Haiti d’aujourd’hui, complexe, dechiree, en perte de valeurs et de moralite. Qui eut a dire que la reconnaissance est une lachete? N’est-elle pas plutot la memoire du coeur?

Texte: Mille et une nuits ; Mise en scene : Daniel Marcelin; Distribution : Regis Innocent, Rony Charlestin, Estherlineda Fortuna, Emmanuella Pierre-Louis et Sophia Agenor Cadet.