Le calvaire des habitants de Butte Boyer

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<>, a lance en pleurs une dame d’une cinquantaine d’annees, robe noire, avec le visage crispe par la peur, les cheveux decoiffes, son petit-fils de deux ans sur son epaule droite, rencontres non loin du village Theodat, fuyant la guerre des gangs a Butte Boyer.

Il est 1 heure 26 de l’apres-midi a Port-au-Prince. Le soleil est au zenith. La dame ainsi que deux de ses voisins marchent vers la place publique de Clercine, cherchent desesperement de l’ombre le long des murs du village pour alleger le poids de la chaleur du soleil. Elle implore la generosite des passants pour leur donner de l’argent pour se rendre en province.

Sous couvert de l’anonymat, une residente nous raconte son calvaire pendant les quatre jours d’affrontements entre le groupe 400 Mawozo et le groupe Chien mechant. <>, raconte la dame, disant qu’elle s’est cachee, lui et son petit-fils, dans des latrines pour pouvoir s’echapper par la suite. Les hommes de 400 Mawozo sont sans pitie, dit-elle. <>, explique la dame d’une voix toute tremblante. Aujourd’hui presque toute la population civile de Butte Boyer a quitte la zone, ce qui pour elle parait une bonne nouvelle.

Depuis quatre jours, la violence regne en maitre a Butte Boyer, ce quartier situe non loin de la Direction generale de la Police nationale d’Haiti, du commissariat de la Brigade d’intervention motorisee (BIM), la Direction centrale de la police judiciaire, entre autres. Au peril de leur vie, les habitants fuient la zone. Ils sont nombreux a avoir deja abandonne residence, boutique…

Depuis le dimanche 24 avril 2022, vers les 5 heures du matin, un groupe d’hommes lourdement armes du gang 400 Mawozo, ayant a sa tete Olritch Emile, connu sous le pseudonyme de Pe Lebrun et Herby Joseph, connu sous le sobriquet de Blod, assiegent le quartier de Butte Boyer et ses environs. L’objectif des chefs de file est de prendre leur revanche sur le groupe de Chien Mechant qui les a chasses du quartier il y a deux ans. Ces hommes veulent controler le territoire de ce dernier et pour ce faire, ils ont tue des personnes, en ont pourchasse d’autres et incendie des maisons.

Pour l’heure, aucun bilan officiel n’est encore communique sur ces affrontements. Il est impossible pour la presse et les organisations de defense des droits humains de faire le decompte au sein de la population. Le Reseau national de defense des droits humains (RNDDH) ne dispose pas encore de donnees a ce propos. Contacte par le journal en debut de semaine, Pierre Esperance indique qu’il faut du temps pour retrouver des temoins et des victimes. Le directeur executif du RNDDH a denonce le laxisme des autorites en ce qui concerne l’action des gangs armes.

Entre-temps, la Police nationale d’Haiti annonce que des operations sont en cours au niveau des quartiers de Butte Boyer, de Shada et de Santo en vue de deloger les bandits tentant de prendre le controle de ces zones. <>, a informe la police sur les reseaux sociaux.