Le chagrin et la colère des parents de Magalie Méjean neuf ans après la mort de leur fille

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Jean-Michel Hauteville

Eric et Patricia Méjean. • ARCHIVES FRANCE-ANTILLES

La dépouille de cette vacancière de 28 ans originaire de Caen, portée disparue pendant cinq semaines, a été retrouvée le 23 janvier 2014, non loin de l’habitation Chalvet, à Basse-Pointe. Après neuf années d’enquête toujours infructueuse, ses parents, Eric et Patricia, disent leur désarroi face à une attente qui s’éternise, les nombreuses « erreurs » des autorités, l’État qui les « abandonne » et une affaire qui « tombe dans l’oubli ».

Un destin fauché. Une famille endeuillée, accablée
de chagrin. Et un obsédant mystère qui reste entier depuis
neuf ans. Depuis le 23 janvier 2014 : ce jour-là, le corps à moitié dénudé d’une femme
est retrouvé
, au fond d’une ravine de Basse-Pointe, quartier
Chalvet. Cette macabre découverte apportait la réponse à une
première énigme, celle de la disparition d’une vacancière de 28
ans, dont les proches étaient sans nouvelles depuis cinq
semaines.

Peu avant Noël 2013, les vacances de rêve de
Magalie Méjean sur notre île ont pris une tournure tragique. Le 17
décembre, cette jeune femme originaire de Caen, dans le département
du Calvados, est aperçue pour la dernière fois. Sportive et pleine
de vie, cette employée à la SNCF, engagée comme sapeur-pompier
volontaire à Ouistreham, s’était élancée seule sur les sentiers du
Nord-Atlantique. Partie du Lorrain, Magalie, qui effectuait un
séjour d’une semaine en Martinique, devait atteindre Basse-Pointe
en longeant le littoral. Mais la jeune touriste n’est jamais
revenue de ce périple.

Inquiète, l’amie à qui la vacancière rendait
visite a rapidement donné l’alerte, et les recherches ont
débuté…

NewsAmericasNow.com