Le Crucifix de Charlemagne P?ralte, un embl?me de la libert? d’Ha?ti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Un jour le p?re de la nation eut ? d?clarer <> C’est-a-dire, chaque homme suivant sa position dans la soci?t? doit manier son art pour avoir une posture verticale. Toujours pr?t ? crier ? l’assaut pour pr?server ce bien commun et combien pr?cieux qu’est la libert?.

Cette parole de Jean-Jacques Dessalines aurait jou?, semble-t-il, le r?le de catalyseur ou de d?tonateur pour d?clencher la lutte de Charlemagne P?ralte contre les Am?ricains. Il a voulu faire ?chouer l’occupation am?ricaine en mettant en action son sentiment patriotique. Il a ?t? question pour lui de sauvegarder la souverainet? du pays, la dignit? de chaque citoyen ha?tien.

La peinture <>, peint par Philom? d’Obin illustre un Charlemagne P?ralte mort. Il est ? moiti? nu, en cale?on, attach? avec une corde sur une porte au niveau du torse, sa main droite tient le m?t du bicolore ha?tien sur lequel repose sa t?te. En arri?re de la porte, une femme v?tue de couleur noire et un foulard blanc est en train de pleurer.

Le choix de la technique

Etant un peintre na?f, s’agit-il d’une incapacit? de Philom? Obin ? pouvoir repr?senter Charlemage P?ralte allong? sur la porte suivant les r?gles classiques tel qu’il a ?t? transport? au Cap-Ha?tien ? S’agit-il d’un choix conscient dans la saisie du sens historique qui accompagne l’id?e de l’oeuvre par le biais de la mimesis ? Tout comme le mouvement cubiste cherchait ? r?soudre ce qui paraissait impossible pour les th?oriciens de la vision, Philom? Obin entend bannir la notion des perspectives traditionnelles en cr?ant une perspective plate non seulement pour pouvoir repr?senter Charlemagne P?ralte debout mais aussi pour permettre aux regardeurs de mieux capter le plan qui ne requiert pas beaucoup de saccades r?tiniens. Ce qui fait penser ? une image photographi?e.

L’ironie par allusion

Toute oeuvre artistique est une ironie du r?el, une caricature. Cette ironie est r?alis?e par contraste au fils du dieu de la parole. Si ce dernier est mort pour la r?demption du peuple juif, Charlemagne P?ralte, lui, est mort pour la lib?ration des Ha?tiens en disant NON ? l’occupation am?ricaine. Il n’est pas crucifi? sur une croix mais sur une porte. Cette all?gorie repr?sente l’entr?e, qui donne acc?s : la porte, l’ouverture. Cette m?taphore plastique sugg?re l’id?e que Charlemagne est mort en voulant interdire, fermer le territoire ha?tien aux Am?ricains. Le peintre illustre le h?ros ? la verticale. Cette stylistique tend ? ?voquer m?me apr?s son assassinat, Charlemagne tient le flambeau du combat pour recouvrer la libert? au pays.

Il n’est pas inint?ressant de croire que la v?ritable signification des larmes de la femme peut-?tre comprise qu’elle pleure pour l’avenir de la nation. En se demandant qui saura capable de s’?lever ? une telle hauteur, ? l’instar de Charlemagne P?ralte pour continuer la lutte, pour faire respecter l’ind?pendance d’Ha?ti.

La finalit? contemplative de l’oeuvre

Si l’affirmation raciale, avait permis de construire l’ind?pendance ha?tienne, l’unit? Ha?tienne, il est temps d’en finir avec la conception biologiste des classes, de bannir la structure de la soci?t? coloniale pour une vraie coh?sion nationale de l’homme ha?tien. Pour paraphraser l’anthropologue Byron, l’artiste convie l’homme ha?tien ? trouver une nouvelle narration capable de reconstruire la nation ha?tienne en vue de sauver ce pays. Prendre conscience de la dimension de notre ha?tianit?, c’est poser un acte identitaire. C’est laisser couler dans nos veines le sentiment d’appartenance ? son pays et ?tre fier de son histoire sans tomber dans le fascisme ? l’instar du national-socialisme allemand.

En somme, l’homme ha?tien doit se positionner en v?ritable d?fenseur de la nation ha?tienne. Il doit s’enflammer du sens patriotique et nationaliste pour sauvegarder la dignit? de la nation ha?tienne ; pour perp?tuer la gloire de notre histoire. On fera remarquer au passage que les ?crivains de la premi?re p?riode de la litt?rature ha?tienne l’avaient si bien compris, ? travers une esth?tique de combat, qu’ils avaient mis leur plume au service du chef pour maintenir cette nouvelle nation libre. Aussi avaient-il voulu immuniser ce patrimoine. Dans cette perspective, aujourd’hui, il nous faut une r?sistance continuelle afin de sauvegarder notre ind?pendance. Nos h?ros peuvent seulement nous donner de l’esp?rance, nous doter d’une force asc?tique, mais l’action concr?te d?pend de nous. Vive Ha?ti…pour le pays pour la patrie!!!

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.