Le Groupe d’experts recommande au Conseil de sécurité d’appliquer l’embargo sur les armes ciblé, d’aider au renforcement de la PNH et la douane

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Le Groupe d’experts recommande au Conseil de sécurité d’appliquer l’embargo ciblé sur les armes d’aider au renforcement de la PNH et la douane.

Le Groupe d’experts recommande au Conseil de sécurité d’appliquer l’embargo sur les armes ciblé à tous les acteurs non étatiques en Haïti en prévoyant certaines dérogations.

Le Rapport final du Groupe d’experts sur Haïti présenté au conseil de sécurité touche plusieurs aspects de la crise politique, sécuritaire et économique que connaît le pays. Après avoir évoqués les problèmes, le Groupe d’experts a produit certaines recommandations au conseil de sécurité mais aucune ne concerne un élargissement de la liste de sanctions.

Le Groupe d’experts recommande au Conseil de sécurité d’appliquer l’embargo sur les armes ciblées à tous les acteurs non étatiques en Haïti et non plus seulement aux personnes et entités visées par les sanctions, en prévoyant des dérogations pour le matériel acquis à l’usage exclusif de l’ONU, des organisations régionales, des représentations diplomatiques ou dans le cadre d’un éventuel appui de l’étranger à la Police nationale d’Haïti.

Même si le conseil de sécurité a récemment autorisé le déploiement d’une mission multinational d’appui à la police nationale, le Groupe d’experts recommande au conseil d’encourager les États membres à appuyer le renforcement des capacités de la Police nationale d’Haïti, en particulier en ce qui concerne les enquêtes, les moyens de lutte contre la violence des gangs, la lutte contre le trafic d’armes et de drogue, et la gestion des armes et des munitions, notamment au moyen du panier de fonds pour la sécurité.

Il demande à l’organe de l’ONU d’encourager les États Membres à apporter leur appui au renforcement des capacités des services haïtiens des douanes et de contrôle aux frontières pour lutter contre la criminalité transnationale, telle que le trafic de drogue et d’armes, de financer les programmes de l’ONUDC dans le pays.

Concernant les haïtiens qui sont parfois obligés de fuir la crise humanitaire dans le pays, le Groupe d’experts recommande au conseil de sécurité de demander aux États Membres de renforcer la protection internationale des réfugiés et des migrants haïtiens sur leur territoire, conformément au droit international des droits de l’homme.

A lire aussi :

Dans un premier vol charter, les États-Unis ont rapatrié environ 130 migrants vénézuéliens