Le ministere des Travaux publics, Transports et Communications se souvient-il de ses missions ?

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’avenue Mais-Gate, en face de la place Hugo Chavez et a deux pas de la signalisation qui emmene vers l’aeroport Toussaint Louverture, des chaussees defoncees font danser les vehicules. Le vent souleve des tonnes de poussiere ici. On peut remarquer des crevasses le long de la route de l’aeroport international Toussaint Louverture. Des nids-de-poule forcent une deceleration des conducteurs.

L’entree de l’aeroport est crasseuse. Circuler sur le boulevard Toussaint Louverture n’est pas de tout repos. On ne peut pas rouler deux minutes sans qu’on croise un obstacle provoque par la mauvaise qualite de la route a Mais-Gate jusqu’a Gerald Bataille, privee d’entretien depuis des lustres. Le canal, sevre des activites de drainage a Mais-Gate 6, deborde sur la chaussee. Les eaux stagnantes, les dechets encombrants de toutes sortes occupant toute la chaussee, les routes abimees, les canaux non draines creent un veritable inconfort. Une situation qui degrade un peu plus cette voie publique frequentee par des autorites. La route de Mais-Gate, celle ou se trouve l’adresse du ministere de la Sante publique et de la Population (MSPP), est ecoeurante.

La degradation de cet axe routier encourage des individus a deverser des ordures dans l’une des extremites de la route. L’autre extremite perd son statut de sens unique. Comme a Martissant ou la degradation de la route est siderante, les autorites des Travaux publics, Transports et Communications ferment les yeux sur la situation deplorable des axes routiers de l’aeroport passant par Gerald-Bataille jusqu’a la plaine du Cul-de-Sac.

L’image de ce camion pris au piege ce lundi 9 mai a Clercine explique tout. Cette intersection aussi est sauvagement endommagee par les eaux stagnantes du carrefour Rita. A Clercine, la ou sont situes deux supermarches, une compagnie de tabac et d’autres institutions phares, dont la DCPJ, la DGPNH, la Direction de la Protection civile, la route est abimee. Sa degradation cree souvent un bouchon monstre.

Sur plusieurs axes routiers, des vehicules dansent au milieu de la route en zigzag ; on y remarque des eaux stagnantes, des piles de terre sortie des canaux d’irrigation jetees sur le pave et des dechets. Certains jeunes se voulant utiles et desirant remplir du coup leurs poches, deposent des remblais pour ameliorer la voie. En vain.

Mis a part des routes de la capitale oubliees par les Travaux publics, des egouts a ciel ouvert constituent un vrai danger sur la voie publique. Certains conducteurs contournent parfois le sens unique pour se defaire de ces entraves et se frayer une voie. Ce qui provoque un veritable bouchon dans plusieurs intersections de la capitale. Si certains quartiers sont fermes a la circulation du fait de l’insecurite, les crevasses qui embourbent nos rues et les egouts a ciel ouvert reduisent les espaces de circulation dans plusieurs communes dans la region metropolitaine.