Le Parti socialiste choisit son Premier secrétaire, l’avenir de la Nupes en jeu

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Guadeloupe FranceAntilles

Les socialistes votent jeudi soir pour choisir leur prochain chef de file, entre le sortant Olivier Faure, et deux autres candidats, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, avec pour enjeu la place du PS dans l’alliance de gauche Nupes.

Artisan, pour son parti, de cet accord conclu en mai pour les législatives entre LFI, le PS, EELV et le PCF, Olivier Faure joue dans ce vote son poste mais aussi l’avenir de l’union, critiquée par ses deux rivaux. 

Quelque 41.000 adhérents peuvent voter pour ce premier tour, entre 17H et 22H dans les locaux des sections, afin de choisir le prochain texte d’orientation du parti. Les deux candidats dont les motions seront arrivées en tête seront départagés lors d’un deuxième tour le 19, avant un congrès prévu du 27 au 29 janvier à Marseille.

Les résultats seront connus dans la nuit, voire vendredi matin. Mais le vote des 300 socialistes de l’étranger, les seuls à passer par un vote électronique entamé mercredi, a été annulé jeudi matin après la découverte d’un fichier contenant les identifiants de tous les adhérents, “un acte de malveillance”, selon la direction.

Difficile de déterminer combien de militants iront voter, et quel sera le rapport de force entre les trois motions. “Faure va faire un score important”, estime un sénateur socialiste, “mais est-ce qu’il sera majoritaire ?”.  

Si l’accord Nupes a permis de garder un groupe de 32 députés socialistes à l’Assemblée nationale, malgré l’échec historique à la présidentielle de la candidate Anne Hidalgo (1,7%), il a aussi profondément divisé le PS, entraînant des départs, comme celui de l’ex-Premier ministre Bernard Cazeneuve, et des dissidences aux législatives. 

Pour Olivier Faure, il faut choisir “si nous sommes pour le rassemblement sans exclusive avec toute la gauche”, pour proposer une alternative à la droite et l’extrême droite, ou “pour le repli sur soi”. 

Le député de Seine-et-Marne, qui peut compte sur l’appui de nombreux maires, comme Johanna Rolland (Nantes), l’ex directrice de campagne d’Anne Hidalgo, et de 45 parlementaires socialistes, ne cache pas son souhait d’un candidat commun de la gauche en 2027.

Sa rivale Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin, dénonce dans l’accord une “inféodation” du PS à LFI, et veut une autre union de la gauche “autour d’un contrat de projet”, loin du “bruit et de la fureur” du parti de Jean-Luc Mélenchon.

Soutenue par certains “éléphants” du PS, comme le maire du Mans Stéphane Le Foll, elle promet que le parti quittera la Nupes si elle gagne.

 “Guéguerre stérile”

Le troisième prétendant, Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen, s’affirme comme “le seul pouvant rassembler les socialistes”, avec une “voie centrale”.

L’élu normand, qui a le soutien d’Anne Hidalgo et de la présidente d’Occitanie Carole Delga, décrit la Nupes comme “un accord passé perdant” et veut des “États généraux de la transformation sociale et écologique” pour “refonder la gauche”. 

Une position floue, selon Olivier Faure. “Je ne sais pas s’il est pour ou contre la Nupes”.

Pour une proche d’Olivier Faure, ses concurrents “sont dans le déni. La Nupes n’est pas une espèce de monstre qui va nous dévorer, mais un espace de dialogue à gauche”.

Le vote est scruté par les partenaires de la Nupes. “Si Olivier Faure perd, ce sera terrible”, estime un député écologiste, “ça ne va pas nous aider”, concède un élu insoumis.

A l’issue du premier tour, les deux concurrents d’Olivier Faure vont-ils s’allier contre lui ? Certains n’excluent pas l’hypothèse.

Stéphane le Foll a ainsi dit sur Public Sénat souhaiter “un rassemblement” pour prendre la tête du parti, avec “toujours la perspective d’alliance à gauche, mais pas sur une ligne politique dictée par LFI”. 

“Ce serait l’alliance de la carpe et du lapin”, estime Dieynaba Diop, proche d’Olivier Faure, rappelant qu’Hélène Geoffroy a toujours été contre la Nupes, alors que Nicolas Mayer-Rossignol a voté pour l’union en mai.

Ce dernier veut lui “travailler” avec ses deux concurrents, pour en finir avec “cette guéguerre stérile”.

La maire socialiste de Vaulx-en-Velin (Rhône) et candidate au poste de Première secrétaire du Parti socialiste Hélène Geoffroy pose à Paris, le 5 janvier 2023
• Martin BUREAU

Le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol pose à Paris le 16 décembre 2022
• Stefano RELLANDINI

NewsAmericasNow.com