Le plus beau souvenir de Marc Sony Ricot ? <>

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

? cette ?poque, Steinbeck, Jorge Amado, Dany Laferri?re, Marie-C?lie Agnant, Kettly Mars faisaient partie de ma famille. Ils ?taient mes racines et mes amis. Mais le plus grand choc de lecture de ma vie ?tait l’oeuvre de Kafka. M?me si elles semblaient relever du fantastique et de l’absurde, les situations qu’il d?crit me parlaient. Certains personnages de Kafka m’ont beaucoup marqu?. Il est inoubliable, Gregor Samsa, le h?ros de La M?tamorphose, ou des protagonistes de l’Am?rique.

La nuit, complice des mots

La lecture m’?tait un moyen privil?gi? d’acc?der ? un ailleurs o? je pouvais ?tre heureux. Le moment de mes lectures n’?tait pas un moment clos et ferm?, au contraire, il restait toujours ouvert sur le monde. Je m’adonnais ? ma passion favorite surtout le soir, quand ma m?re a ferm? la porte de sa chambre pour implorer <>.



Elle m’interdisait de lire ? la tomb?e des ?toiles. Elle avait peur que je devienne aveugle, fou. Pourtant j’aimais particuli?rement lire la nuit. Car il y a, la nuit, une ambiance de f?te dans les rues et de silence dans les maisons. Ce contraste est riche de fantasmes et titille l’imaginaire. La nuit, les livres me parlent et demandent, l’un ou l’autre, ? ?tre sortis de ma petite ?tag?re.

Elle aimait bien mes lectures

Mais ma m?re aimait bien que je lui raconte l’histoire de mes lectures. Je me souviens combien elle ?tait ?bahie quand je lui ai racont? l’histoire de <> de Josaphat Robert Large. Elle ?tait aux anges. Elle souriait de bonheur. Elle aimait l’illusion et le myst?re qui habitent ce roman.



Depuis que je lui ai racont? cette histoire, ma m?re me pr?tait un peu d’argent pour acheter les derni?res parutions ? <>. C’?tait la belle ?poque. ? Cit? Soleil, dans le quartier de Sarthe 45, il n’y avait pas toute cette turbulence d’aujourd’hui. La zone ?tait calme. Chaque matin, le soleil se levait sur ma t?te et me trouvait avec un livre ouvert sous les yeux et une tasse de caf? br?lant ? port?e de l?vres. Oui, je me suis consid?r? peu ? peu comme un lecteur ?litiste. Lire ?tait mon seul luxe.

Je vivais dans une maison avec une grande cour entour?e d’arbres divers et de fleurs. Parfois, le vent tournait la page de mon livre. Je passais tout mon temps ? lire et, parfois, j’?crivais de mauvaises phrases. Des phrases rat?es. Des po?mes sans queue ni t?te. J’avais h?te d’?crire une chronique ? la Dany Laferri?re comme ceux de <>. Dany ?tait comme un dieu. C’?tait, pour moi, le plus grand ?crivain ha?tien, mon ma?tre en litt?rature. J’ai relu plusieurs fois <> (Montr?al: Bor?al, 2011). Ce livre est une voix. Une r?citation du monde. Ce livre est un voyage, une errance solitaire.



? chaque fois qu’on annon?ait une nouvelle ?dition de Livres en Folie, j’avertissais ma m?re. Elle mettait de c?t? une petite ?conomie dans son commerce au march? Salomon pour m’aider ? acqu?rir des livres. C’?tait toujours un immense plaisir pour moi de lui faire part des nouveaut?s. J’achetais avec parfois des r?f?rences, plus ou moins le nom des auteurs, les titres que j’entendais ? la radio. <>. <>, r?pondais-je. Cela dit, j’ai v?cu plusieurs ann?es sans pouvoir acqu?rir ce pr?cieux meuble, mes livres empil?s dans des cartons, pr?ts ? subir les outrages de ce confinement.

Une f?te de la litt?rature

<> ?tait, et il l’est toujours, une grande f?te. Le meilleur endroit o? rencontrer les ?crivains, les prendre en photo, faire signer son exemplaire de son livre pr?f?r?, leur poser une question qui vous a g?ch? une nuit de lecture… C’est l? que j’ai vu pour la premi?re fois Emmelie Proph?te, Lyonel Trouillot et Gary Victor.

L’usage que je fais de la litt?rature, depuis cinq ans, m’a appris qu’elle est un art du feu. Elle attise ma conscience d’?tre. Elle compense mes manques et mes pertes. Elle ?claire ma vie. <> La litt?rature est ? la vie ce que l’?me est au corps. La litt?rature, c’est le feu nourri du langage.

Ce que je dois ? Dany

Mon plus beau souvenir de Livres en folie reste la 25?me ?dition. J’ai rencontr? Dany pour la premi?re fois ? l’Institut fran?ais lors d’une causerie anim?e par la romanci?re Emmelie Proph?te. Dany parlait avec la verve puissante qu’on lui connait. C’?tait l’un des plus beaux moments de ma vie. J’ai vu M. Livre parler. Et depuis, je lis comme si j’?tais en conversation avec les auteurs. Dany n’est jamais loin de moi.

Je salue le travail quotidien de ceux qui oeuvrent en premi?re ligne pour le rayonnement de Livres en Folie. Merci de nous offrir ce kandjanwou, ce babako, o? le plaisir qu’on prend peut s’emporter toute une vie.

Bonne f?te ! Amiti? et litt?rature