Le plus grand marche public de Jacmel detruit par un incendie

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Un incendie, declare aux environs de 4 heures du matin, mardi 19 avril 2022, a ravage tout sur son passage au marche de Beaudouin, le plus grand marche public de Jacmel. Les sapeurs-pompiers de la ville ne sont pas arrives a circonscrire le fleau. Le marche public de Jacmel est divise en deux parties, reparties sur trois rues. Le marche Chili, constitue d’entrepots de fortune construits par les marchands et celui du Bresil, equivalant a deux tiers du marche abrite sous une grande construction, en partie metallique, realise par le Tresor public.

<>, s’est ecriee dans une detresse contagieuse une marchande.

Les cris et les pleurs des marchands et des proches ont accentue l’atmosphere desastreuse du marche. Une foule immense constituee de gens venus des quatre coins de la ville a assiste avec impuissance a la destruction de plusieurs centaines de millions de gourdes de marchandises, achetees avec de l’argent emprunte a des taux exorbitants d’institutions de microcredit de la place par des marchands et marchandes de la classe moyenne.

Apres le drame

Il est environ 10 heures, l’etroite rue reliant St Cyr, l’extreme nord de l’avenue Baranquilla est encore bondee de gens, mais cette fois-ci de marchandes et marchands qui essaient de recuperer ce qui est recuperable. Le pave est sale, pollue de debris de l’incendie de ce matin 19 avril au marche public de Jacmel. La partie du batiment logeant le marche et detruite par les flammes fume encore, des volontaires travaillent a rendre accessible la zone. Le ronflement des engins lourds au travail occupe l’espace. Des victimes expliquent a qui veut les entendre leur calvaire apres ce drame. Les marchandises ont disparu dans les flammes, les dettes envers les institutions de microcredit demeurent.

Jaco, ainsi connu, en pantalon court et t-shirt, mocassin aux pieds, s’est appuye a la cloture de la DGI, les sillons de ses larmes encore visibles sur ses pommettes; il explique qu’il est engage aupres d’un microcredit pour un pret d’un million de gourdes a un taux de quatre pour cent.

Jaco a trois garcons et une fille, l’ainee a quinze ans; sa femme n’a aucun revenu. Sa famille vit de son commerce, malheureusement parti en fumee ce matin. Il a pleure a chaudes larmes comme un enfant ce 19 avril. :<>

Magda, elle, avoue ignorer comment secher ses larmes. A quarante cinq ans, elle va devoir utiliser une partie de sa retraite pour demarrer son commerce.

<>, souligne Magda.

Sur les ondes, la mairie de Jacmel, premiere concernee par ce drame, appelle a la comprehension de la population haitienne face a son impuissance. La police, la justice et la delegation du Sud’Est esquivent habilement la presse, et refusent de commenter.