Le terminal petrolier de Varreux toujours bloque par les groupes armes

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Impossible pour les transporteurs de produits petroliers de se rendre au terminal de Varreux depuis dimanche dernier. Ce lundi 25 octobre, encore les groupes armes qui controlent la zone ont barricade tous les axes routiers qui conduisent au terminal. Tot ce lundi, des tirs d’armes automatiques ont ete entendus dans la zone jusqu’a midi et les employes ne pouvaient pas acceder a leur poste au terminal, a appris Le Nouvelliste

<>, a confie au Nouvelliste un haut cadre au terminal de Varreux, soulignant que depuis dimanche la police tente en vain de reprendre le controle de la zone.

<>, a avance notre contact au terminal de Varreux.

Selon notre interlocuteur, le terminal de Varreux a actuellement en reserve environ 25 000 barils de gazoline et plus de 50 000 barils de diesel qui represente une consommation de deux a trois jours pour le pays.

Une cargaison de produits petroliers arrivee a Port-au-Prince le week-end dernier n’est pas encore en mesure de livrer ses produits au terminal de Varreux a cause de la situation deletere qui regne dans la zone, deplore notre source sur place au terminal. Le bateau a deja livre du carburant au terminal de Thor, precise-t-il.

L’Association des chauffeurs de produits petroliers qui avait observe un arret de travail la semaine derniere pour exiger de la securite sur les routes indique avoir leve la greve. Cependant, l’Association affirme qu’elle ne pourra pas recommencer a travailler dans les conditions actuelles a Varreux.

Le Nouvelliste a contacte en vain ce lundi le porte-parole de la police nationale sur les dispositions prises pour faciliter l’acces au terminal de Varreux.

Partout a travers le pays, les stations d’essence sont fermees depuis plusieurs semaines, certaines depuis des mois. Les gangs armes qui controlent une bonne partie du territoire, notamment a Port-au-Prince, bloquent les axes routiers qui conduisent aux terminaux petroliers et empechent l’approvisionnement des stations de service. Une situation qui a deja de graves consequences sur des institutions comme les hopitaux, les medias, les compagnies de telecommunications, entre autres.

Dans un communique publie le 24 octobre, les agences humanitaires des Nations Unies operant en Haiti se disent extremement preoccupees par l’aggravation de la crise resultant des barrages routiers qui empechent la livraison de carburant. Les hopitaux et les centres de services medicaux sont particulierement touches, souligne l’ONU.

<>, selon le coordinateur humanitaire par interim des Nations unies dans le pays, Pierre Honnorat.

Les hopitaux de la capitale, Port-au-Prince, et d’autres villes du pays font etat de reserves extremement faibles de carburant necessaire a l’alimentation des generatrices qui assurent le fonctionnement des services, ajoute le communique de l’ONU.

La penurie de carburants affecte aussi considerablement les operations de Medecins sans frontieres (MSF) en Haiti. <>, souligne l’organisation humanitaire dans un communique.

C’est la meme situation pour le Centre d’urgence de MSF de Turgeau, loge dans les locaux du CDTI sur l’avenue Charles Sumner.

Par ailleurs, la penurie de carburant affecte aussi les compagnies de telecommunications et les medias du pays. Communiquer via les telephones portables ou utiliser l’internet devient de plus en plus difficile ces derniers jours.

La Digicel, la plus importante compagnie de telephone mobile et d’internet du pays, qui controle plus de 75% du marche a fait savoir que sur ses 1 500 sites a travers le territoire, plus de 300 sont dysfonctionnels a cause de la penurie de carburant.

Ce lundi 25 octobre, encore une fois, le pays est arret pour protester contre l’insecurite, le kidnapping et la penurie de carburant. L’ecole, les transports en commun, les banques commerciales, le commerce prive et meme des institutions publiques n’ont pas fonctionne.