Les couches g?ologiques de Beloc contiennent une <>, affirme la BME

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Apr?s sa premi?re publication sur le p?trole, le Bureau des mines et de l’?nergie (BME) consacre son second num?ro ? l’iridium, un m?tal tr?s mal connu en Ha?ti et sujet ? toute une s?rie d’interpr?tations ou de sp?culations les unes plus farfelues que les autres. Le BME explique son choix par deux raisons majeures. <>

Pour parler d’iridium et de la couche limite K-Pg en Ha?ti le BME ?voque le Dr Florentin Maurrasse. Lors de ses multiples missions d’?tudes g?ologiques en Ha?ti, rappelle le BME, le professeur Maurrasse a d?couvert dans le Sud-Est, pr?s de Jacmel, une formation g?ologique qu’il a d?nomm?e <>, situ?e sur la route Carrefour Dufort/Jacmel. <> <>

Localisation des affleurements d?couverts

La couche g?ologique qui int?resse les auteurs de l’?tude va de 14 ? 45 m?tres d’?paisseur entre Beloc et la commune de Grand-Go?ve. Plusieurs affleurements de la couche K-Pg ont ?t? rep?r?s et ?chantillonn?s, ? savoir: ? proximit? du village de Beloc o? un stratotype a ?t? d?fini, ? Platon Piton, dans la rivi?re Gosseline et ? Madame Toussaint, pr?s de Grand-Go?ve.

L’annonce de la d?couverte du site de Beloc en Ha?ti a suscit? une quantit? importante de travaux g?ologiques qui ont servi depuis ? appuyer la th?orie de l’impact de la m?t?orite sur la Terre il y a 65 millions d’ann?es. En 2004, le Dr Florentin Maurrasse et al. ont publi? un article intitul? <> sur la couche limite de Beloc dans la revue sp?cialis?e <>. Dans cet article, il a fait mention des sites o? les affleurements de la couche K- Pg ont ?t? rep?r?s, des d?tails stratigraphiques relatifs au stratotype de Beloc et de la variation du taux d’iridium contenu dans ce stratotype.

Dans cet article, le stratotype de Beloc a ?t? ?tudi? dans ses moindres d?tails. Poss?dant une ?paisseur maximum de 72,5 cm, il s’?tend du Maastrichtien au Danien et est constitu? des s?quences suivantes : calcaires du Danien ; mince couche d’argile de 2 cm d’?paisseur contenant le taux le plus ?lev? d’iridium ; sable marneux lamin?, lentilles de craie blanch?tre ; sable marneux gradu? ; tectites grossi?res (silicates fondus) noy?es dans des lentilles de marne ; fines tectites noy?es dans une matrice marneuse ; smectites et tectites color?es grossi?res et alt?r?es.

A titre d’information, note le BME, pour obtenir 1 g d’iridium dans un tel contexte, il faudrait l’extraire ? l’int?rieur d’une superficie de 2000 m2 , soit une surface de 2m d’?paisseur par 1 km de longueur. <>, le BME rappelle que <>

Le BME conclut qu'<< attribuer une cible mini?re ?conomiquement exploitable ? l'iridium identifi? dans les couches g?ologiques de Beloc et de ses environs rel?ve purement de l'utopie compte tenu de la faible teneur en iridium enregistr?e (ppb ou ng/cm2) et des ?paisseurs peu importantes concern?es. Le BME souligne que les couches de la limite K-PG t?moignent d'un ?v?nement plan?taire au lieu d'?tre per?ues comme une mine ? exploiter ? des fins commerciales. <>

Le BME estime qu’ <>

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.