Les Ha?tiens pris entre plusieurs feux

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Des Ha?tiens fuyant le kidnapping, la guerre des gangs, le ch?mage, l’ins?curit? alimentaire – des maux aggrav?s par l’instabilit? politique – ne sont les bienvenus presque nulle part ? travers le monde. Dans des pays de la r?gion, nos compatriotes qui y cherchent refuge de fa?on irr?guli?re sont traqu?s comme des b?tes sauvages. En R?publique dominicaine, les r?cits de traque d’Ha?tiens par les forces de l’ordre sont devenus des faits divers.

Cependant, l’opinion publique ha?tienne ne pouvait pas fermer les yeux cette semaine sur le sort des Ha?tiens en situation irr?guli?re dans la province Juan Bosh en R?publique dominicaine. Plusieurs centaines de nos compatriotes, certains munis de leurs documents de voyage, ont ?t? arr?t?s et rapatri?s en Ha?ti par les autorit?s migratoires dominicaines. Des m?dias ont fait ?tat de maltraitance dont nos compatriotes ont ?t? victimes. Selon des t?moignages de plusieurs victimes, ce serait une strat?gie pour que certains responsables de chantiers de construction ne payent pas ? nos compatriotes leurs salaires. Un fait courant chez nos voisins.

Les informations font ?galement ?tat de quelque 800 Ha?tiens ? destination de Cuba secourus en mer par les autorit?s cubaines cette semaine.

Des voyageurs clandestins intercept?s en pleine mer par les gouvernements des Bahamas et rapatri?s en Ha?ti n’est plus une nouvelle. Ceci est aussi valable pour les Etats-Unis qui, depuis les mauvais traitements inflig?s aux migrants ha?tiens sous le pont Del Rio au Texas, avaient clairement exprim? leur politique migratoire envers Ha?ti.

Ce n’est pas un hasard si l’administration Biden a d?j? expuls? presque le m?me nombre d’Ha?tiens ou plus vers Port-au-Prince en un an que ses pr?d?cesseurs en 20 ans. Selon les calculs de Quixote Center, une organisation am?ricaine de justice sociale ? enjeux multiples fond?e en 1976, l’administration Biden a expuls? plus de 20 200 migrants ha?tiens depuis son arriv?e au pouvoir contre 21 900 sur les 20 derni?res ann?es.

Il n’y a pas que sur le continent am?ricain que des Ha?tiens vivent l’enfer. En Turquie, entre l’Europe et l’Asie, des compatriotes qui souhaitent retourner au bercail lancent r?guli?rement des cris de d?tresse ? l’endroit des autorit?s ha?tiennes. On ignore les suites que le minist?re ha?tien des Affaires ?trang?res donne ? ces appels ? l’aide.

Il parait de plus en plus difficile pour les voyageurs clandestins d’arriver ? destination. Cela ne d?courage pas pour autant des Ha?tiens qui ne voient plus leur avenir ici. Ils continuent de risquer leur vie en mer ou traverser la fronti?re ha?tiano-dominicaine ? la recherche de cieux plus cl?ments. Entre le kidnapping, la guerre des gangs, le ch?mage, l’ins?curit? alimentaire, l’insouciance des autorit?s ?conomiques et politiques pour r?soudre la crise, des compatriotes choisissent les voyages ? risque avec tr?s peu de chance d’arriver ? destination. Les tweets et les spots de sensibilisation de l’ambassade am?ricaine ? Port-au-Prince ne suffisent pas ? les d?courager. Entre des maux, nos compatriotes choisissent celui qu’ils consid?rent ?tre le moindre.

Les autorit?s ha?tiennes et leurs partenaires internationaux ne comprennent pas que la solution aux voyages clandestins des Ha?tiens demeure l’am?lioration des conditions de vie de la population, notamment le r?tablissement de la s?curit? ? travers le pays.