Les sinistres du camp de Land des Gabions veulent rentrer chez eux

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le camp du Land des Gabions abrite 300 tantes pour 353 familles. 1 245 personnes, dont 407 enfants, vivent ici dans des conditions extremement difficiles, a fait savoir le delegue du comite de gestion du camp, Laugaus Emile. Cela fait deux mois depuis qu’ils n’ont recu aucune aide ni des autorites ni d’ONG. Le visage inquiet, Laugaus Emile rapporte que tout le monde veut partir du camp tant la vie y est penible. Les sinistres ont besoin d’un endroit ou dormir, ils ne peuvent plus vivre dans ces conditions, a-t-il soupire.

Liciana Lormera vit au camp depuis le 14 aout 2021 avec sa famille. Elle tient sur ses bras une petite fille de deux ans a peine. Resignee, elle a confie qu’elle n’a plus besoin d’aide alimentaire. <>, s’est-elle lamentee.

La vie dans le camp est pire que celle d’une prison. Deja avant de venir ici, nous etions vulnerables mais nous avions un toit ou dormir. Maintenant c’est pire, s’est plainte Marie Rolande Romain, membre du camp et responsable d’un club regroupant les meres sinistrees du Land des Gabions. La majorite des enfants du camp n’ont pas repris le chemin de l’ecole faute de moyens. Leurs parents les maltraitent assez souvent, a confie Marie Rolande Romain.

Juste a cote du camp de fortune de Marie Rolande Romain, nous rencontrons une fillette assise avec sa mere; elle est admise en quatrieme annee fondamentale et aimerait retourner a l’ecole, mais sa mere n’en a pas les moyens. Pour Magdala Petro, la vie dans le camp est penible. Selon elle, les sinistres ne recoivent aucune assistance. Une semaine apres avoir paye son loyer, le tremblement de terre a detruit la maison. L’essentiel pour elle, c’est de trouver un endroit et se debrouiller.

Ronaldo Joseph est un jeune etudiant en agronomie qui a tout perdu dans le seisme. Il a du abandonner ses etudes. Il est le chef de la securite au camp du Land des Gabions. N’ayant recu aucune formation en la matiere, il se demene comme il peut, esperant que de l’aide viendra pour les enfants qui ne peuvent aller a l’ecole ainsi que pour les victimes du camp.

Les conditions de vie des sinistres au camp du Land des Gabions ne sont pas differentes de celles des autres camps du departement du Sud. Les victimes vivent dans la promiscuite et dans l’indifference totale des autorites responsables. Pour eviter le pire, des membres du comite du camp ont decide de former un club avec les enfants qui ne peuvent pas aller a l’ecole. Mais cette initiative est boiteuse faute de support, a confie le delegue du comite de gestion du camp, Laugaus Emile.