Levee de la greve : les hopitaux universitaires publics sont toujours dans l’impasse

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Une greve entrainant une autre, quand la solution ne s’inscrit pas dans la durabilite, le fonctionnement n’est jamais certain dans les hopitaux universitaires publics en Haiti. A l’hopital de l’Universite d’Etat d’Haiti, la presidente du syndicat des travailleurs de la sante, Evelyne Fremont, affirme que la greve est levee. Cependant, elle souligne que les promesses a court terme ne sont pas tenues dans la totalite. Pas encore, nuance-t-elle rapidement.

<>, deplore-t-elle.

En ce qui concerne l’assainissement et la disponibilite des intrants, elle s’est montree plutot satisfaite du debut des travaux entrepris par le MSPP pour accelerer la reprise. Mais c’est loin d’etre suffisant. Parallelement, les residents en ont profite pour glisser quelques revendications dans les petits papiers des autorites. <>, sont sur la liste des revendications des residents de l’HUEH.

Le plus revoltant, cela fait plus de six mois depuis qu’ils travaillent, et les autorites sanitaires n’ont pas encore donne les frais mensuels auquels ils ont droit.

La situation n’est pas differente a l’hopital universitaire de la Paix. Si certains services recommencent a fonctionner tant bien que mal, un probleme de generatrice a paralyse la reprise des activites dans beaucoup d’autres services, confie un resident en orthopedie.

Un membre du personnel avoue que des efforts sont en cours pour resoudre le probleme de generatrice, cependant, il croit que cela ne va pas entrainer une reprise systematique des activites. <>, rappelle ce membre du syndicat a l’hopital universitaire de la Paix.

A l’hopital universitaire Justinien, la situation parait un petit peu plus compliquee. <>, confie un resident en pediatrie.

Membre du syndicat des travailleurs de la sante a l’hopital universitaire Justinien, Serge Joseph, avait critique une solution trouvee de facon unilaterale a Port-au- Prince. Selon lui, les revendications des travailleurs de sante a Justinien n’ont pas ete prises en compte.Pour l’instant, l’hopital ne semble pas pret a reprendre ses activites normalement.

Du cote des autorites sanitaires, des directions des hopitaux jusqu’au niveau central, le sujet semble relegue au second plan. Aucune communication, aucune annonce, aucune rencontre. Apres la solution trouvee de maniere conjoncturelle avec les syndicats des hopitaux, tout le monde attend que le temps fasse son oeuvre et contraint les uns et les autres a reprendre travail bon gre, mal gre. Dans ce jeu de la barbichette, il convient de se demander qui pense reellement a la population.