L’Occident et Haiti : le choix du pourrissement

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’Occident s’insurge contre telle <>. Il fait bloc, se veut vertueux, humaniste. On fait semblant de le croire. On ne peut que faire semblant. Il y a une dizaine d’annees qu’il s’oppose ici a la volonte democratique d’un peuple. Dix ans qu’il elit des presidents, nomme des Premiers ministres, nie le concept de societe civile qu’il defend ailleurs, valide des elections truquees, s’acoquine avec des pouvoirs acoquines a des malfrats, les defend, les protege, les finance, les excuse quand ils detruisent les institutions, violent les droits humains, ne respectent pas les echeances constitutionnelles.

Tous n’ont pas la grossierete de madame La Lime; celle-ci meriterait a elle seule une etude sur l’autoritarisme droitier et raciste au sein des institutions internationales, mais en bloc, l’Occident <> a choisi ici une logique du pourrissement contre le veritable elan democratique du peuple haitien. Que reclament les Haitiens ? Les conditions pour la tenue de veritables elections. Ce qui passe forcement par une transition non orchestree par le PHTK. La sanction contre les crimes de sang et les crimes financiers perpetres sous le regne du PHTK. Que leur propose l’Occident ? Faire avec les assassins et les dilapidateurs. Patauger dans une continuite criminelle qui ne leur garantit rien mais qui garantit un faux-semblant et une influence aux effets morbides a ce meme Occident.

Ne pas reconnaitre les droits d’un peuple pour ecrire dans ses rapports que la democratie fonctionne, voila ce que nous offre l’Occident ici.

Les manifestations de mardi sont eloquentes dans leurs demandes : halte a la criminalite, respect de la Constitution, mise en place d’un veritable pouvoir de transition. On peut se demander s’il n’y a pas quelque chose de l’ordre de l’affect, un mepris qui s’ignore ou ne dit pas son nom dans ce refus d’entendre affiche par l’Occident.

Madame La Lime, les caricatures servent a cela, ne peut pas etre expliquee uniquement par une logique d’interet. Il y a certes de cela. Mais le maintien du PHTK, c’est la drogue, la recrudescence des boat-people, l’instabilite chronique… Il y a quelque chose dans ses choix qui ne peut venir que d’une impossibilite intellectuelle ou des profondeurs de l’inconscient. Il y a quelque chose qu’elle ne peut pas nous supposer. Ses applaudissements a la federation des gangs ne peuvent etre lus comme un simple calcul politique mais comme le signe de ce qui, selon elle, nous convient ou peut nous convenir.

Il faut poser la question en ne la reduisant pas a une simple affaire de calcul politique et economique : pourquoi l’Occident s’enferme-t-il ici et nous enferme dans cette logique du pourrissement qui ne peut pas generer de democratie veritable ? C’est une reponse que nous devrons trouver seuls, avec nos propres mots, selon nos propres interets de peuple et notre sens de notre dignite. Nous avons des questions legitimes a poser a l’Occident pour ce qu’il a fait et fait ici.