L’occupation am?ricaine d’Ha?ti ? travers les yeux de Suzy Castor

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Dans cet ouvrage, pr?fac? par l’historien Pierre Buteau, pour la pr?sente ?dition, chez C3 ?ditions, Suzy Castor pr?sente la p?riode am?re de l’occupation am?ricaine (1915-1934 ). L’historienne expose les diff?rentes p?rip?ties ayant conduit au d?barquement des Yankees sur le sol ha?tien, la formalisation de l’occupation par la convention du 16 septembre 1915, la bataille engag?e contre l’occupant et les cons?quences n?fastes de cette intervention sur l’avenir du pays, le pr?sent. En onze chapitres, l’auteure d?cortique cette douloureuse tranche de notre histoire.

Dans les premi?res lignes de cet ouvrage, Suzy Castor est revenue sur la situation socio?conomique et politique dans le pays au d?but du XXe si?cle. L’auteure dresse un tableau sombre et inqui?tant d’Ha?ti. ” Apr?s un si?cle d’ind?pendance, Ha?ti pr?sentait toutes les caract?ristiques de la stagnation ?conomique et d’un profond d?s?quilibre social. La production n’augmentait pas. Les masses croupissaient dans la plus grande mis?re. L’administration publique ?tait chaotique. Le pays ne connaissait ni stabilit? ni progr?s.” , ?crit la distingu?e du prix de la Soci?t? ha?tienne d’histoire et de g?ographie 1987 qui pense que cette situation aurait provoqu? certains changements notables, ? partir d’une prise de conscience. Mais h?las, vint l’occupation am?ricaine.

Mais les causes profondes de l’occupation militaire d’Ha?ti, rappelle l’auteure, doivent ?tre comprises dans les tendances de la politique ?trang?re et continentale des ?tats-Unis au d?but du si?cle. On retient l’expansion ?conomique et politique des ?tats-Unis avec le d?veloppement des chemins de fer qui facilitera le d?veloppement industriel, l’intervention de l’arm?e dans les Cara?bes et d’autres facteurs dits strat?giques. D’ailleurs, quand les militaires am?ricains ont d?barqu? en Ha?ti, le 28 juillet 1915, sous pr?texte qu’ils veulent prot?ger les vies et les biens nord-am?ricains et ?trangers, ils ont eu des instructions pour avertir les repr?sentants fran?ais et anglais afin qu’ils ne r?alisent aucun d?barquement.

Pour revenir dans l’actualit? de ces derniers jours, on voudrait accorder une attention particuli?re au chapitre traitant du “pillage financier”, portant sur les d?cisions de l’occupant relatives aux finances publiques, lors du d?barquement des Am?ricains en Ha?ti.

A leur arriv?e, les Am?ricains ont proc?d? ? la r?forme financi?re en imposant le fameux trait? de septembre 1915 r?gissant l’appareil administratif, la banque, l’emprunt et la politique d’augmentation des charges fiscales. Ces dispositions, ?crit Suzy, privaient l’?tat de tout pouvoir de d?cision en mati?re de finances publiques, subordonnant sa politique financi?re et fiscale aux int?r?ts de l’occupant.

Selon l’auteur, ces d?cisions unilat?rales dissimulaient ?galement des malversations. En 1915, note Suzy, quatre navires de guerre ha?tiens furent d?sarm?s et vendus par l’amiral Caperton 14 000 dollars ? une compagnie am?ricaine qui les vendit ? son tour, ? New York, pour 500 000 dollars. Le b?n?fice fut r?parti entre les int?ress?s et il n’y a aucune ?vidence que les 14 000 dollars aient ?t? vers?s au Tr?sor ha?tien, doute l’auteure.

En lisant ces pages, on r?alise encore comment cette p?riode ?tait bien triste et r?voltante, ce qui a pouss? des Ha?tiens ? organiser la r?sistance contre l’occupant. D’une part, avec la forme politique et journalistique dirig?e par la fraction nationaliste de l’?lite urbaine et, d’autre part, la manifestation essentielle du nationalisme de souche paysanne. On retient encore aujourd’hui les noms de ces braves, Rosalvo Bobo, Beno?t Batraville, Charlemagne P?ralte et ses fr?res Sa?l et Saint-R?my P?ralte, sans oublier de milliers d’autres qui ont os? regarder l’occupant dans les yeux et pay? de leur vie cette cause nationale.

L’ ouvrage <> de Suzy Castor est vivement recommand? ? la 28e ?dition de Livres en folie, le 16 juin prochain, ? l’h?tel Karibe.