L’ONU soutient les efforts du GPE en quête d’une solution à la crise haïtienne

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

L’Organisation des Nations-Unies (ONU) apporte son soutien aux efforts du Groupe des Personnalités Éminentes de la CARICOM en quête d’une solution à la crise haïtienne.

Deux jours après l’arrivée du Groupe des Personnalités Éminentes de la CARICOM en Haïti, le dialogue inter-haïtien se poursuit ce vendredi 8 décembre 2023. Cet après-midi, le GPE aura à rencontrer 10 représentants de la déclaration de Kingston, 10 de l’accord du 21 décembre et 4 représentants de la société civile. Toutefois, le secteur privé est exclu de cette réunion visant à analyser le “projet de cadre transitionnel pour Haïti” élaboré par la délégation caribéenne.

Joint au téléphone, George Wilbert Franck, représentant de la société civile qui était présent à la rencontre avec le GPE a souligné que la position de la société civile est claire: encourager les acteurs politiques haïtiens, à prioriser les intérêts supérieurs de la nation en vue de trouver un accord minimal pour résoudre cette crise qui dure depuis des mois dans notre société.

“Nous n’avons aucun intérêt pour la prise du pouvoir. D’ailleurs, nous n’avons paraphé aucun accord politique” souligne Georges Wilbert Franck en précisant qu’il veut tout simplement une entente entre les acteurs politiques qui sont dans l’incapacité de trouver une solution à la crise.

Entre temps, André Raphael représentant de la déclaration de Kingston également présent lors d’une rencontre le jeudi 7 décembre avec la délégation de la CARICOM a précisé que la position de la déclaration de Kingston reste la même. Concernant le document “projet de cadre transitionnel pour Haïti” du GPE, André Raphael informe que lors de cette rencontre, les signataires la déclaration de Kingston ont persisté pour demander des éclaircissements.

“Dans le document, le GPE parle de la participation de plusieurs secteurs dans le gouvernement, et nous les représentants de la déclaration de Kingston, nous voulons savoir de quel secteur exactement parle-t-il” a martelé le porte-parole du MOPOD qui souligne que plusieurs secteurs inclus dans le document ont déjà leur représentant dans le gouvernement en place qui a le docteur Ariel Henry à sa tête qu’il estime être le premier responsable de l’aggravation de la crise.

Le Secrétaire Général de l’ONU soutient les efforts du GPE

Dans une déclaration faite par Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général, il a indiqué que Antonio Guterres est préoccupé par les progrès limités du dialogue inter-haïtien vers une solution politique durable et inclusive pour restaurer les institutions démocratiques du pays en exprimant son plein soutien aux efforts du Groupe des Personnalités Éminentes de la CARICOM et du BINUH en vue de trouver des solutions durables à la crise politique en Haïti.

Toutefois, Antonio Guterres dit attendre avec intérêt la poursuite des préparatifs en vue du déploiement urgent d’un soutien sécuritaire à la police nationale d’Haïti, par le biais d’une mission multinationale d’appui à la sécurité, mission qui sera dirigée par le Kenya.

“Le Secrétaire général souligne l’importance d’un accord sur la restauration des institutions démocratiques prévoyant des élections crédibles, participatives et inclusives pour parvenir à un État de droit et à une sécurité durables,” déclare Stéphane Dujarric, en précisant que le Secrétaire général de l’ONU appelle l’ensemble des acteurs politiques et des parties prenantes en Haïti à se rassembler en vue de parvenir à un large consensus.

Il faut souligner que sur son compte X, le secrétaire adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian A Nichols a informé que les Etats-Unis apprécient le retour du Groupe des Personnalités Éminentes de la CARICOM qui rencontre déjà les protagonistes haïtiens en vue de résoudre la crise qui perdure dans la société haïtienne. Brian Nichols souligne que les Etats-Unis continuent de soutenir les efforts visant à parvenir à un consensus sur la voie politique à suivre.

A lire aussi :

A cause des sanctions contre André Apaid, Premium Apparel ferme ses portes, les ouvriers exigent leurs prestations légales