L’ULCC met la justice face ? ses responsabilit?s

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les rapports de l’Unit? de lutte contre la corruption (ULCC) sur la gestion calamiteuse de plusieurs ordonnateurs publics, rendus publics la semaine ?coul?e, soul?vent beaucoup d’interrogations.

Selon les rapports d’enqu?te, des institutions publiques sont g?r?es comme de petites boutiques. En prenant connaissance des faits reproch?s ? l’ancienne directrice de la Loterie de l’Etat ha?tien, des responsables de l’?cole de droits et des sciences ?conomiques des Gona?ves, de plusieurs anciens maires, le pays d?couvre comment la mauvaise gestion est ?rig?e comme syst?me dans l’administration publique. Ces rapports sont peut-?tre un simple rappel quand on se souvient des rapports d’enqu?te de la Cour sup?rieure des Comptes et du Contentieux administratif sur la dilapidation des fonds PetroCaribe, des interrogations sur les fonds du PSUGO et sur ceux d’autres programmes mis en place par le r?gime PHTK.

En d?pit de la mobilisation populaire pour exiger la lumi?re sur la gestion de ces fonds, la justice est rest?e sourde. Les rapports dorment dans les tiroirs, les personnalit?s index?es vaquent librement ? leurs occupations.

L’ULCC souvent accus?e de ne rien faire dans la lutte contre la corruption vient de surprendre le pays en rendant publics- avec des ann?es de retard- une dizaine de rapports sur la gestion des fonds publics. La justice peut-elle aussi nous surprendre en donnant suite ? ces rapports ? Ce serait une bonne chose pour le pays qui pourrait r?cup?rer les fonds d?tourn?s. M?me les accus?s ont int?r?t ? ce que la justice fasse son travail pour qu’ils trouvent la possibilit? de se d?fendre, se sortir blanchi et la t?te haute.

Cette justice trop longtemps en sommeil est sollicit?e sur tous les fronts ces derniers jours. Tous les probl?mes qui pourrissent le quotidien de la population ha?tienne n’ont-ils pas leur racine dans l’impunit? qui caract?rise le syst?me judiciaire?

Les rapports d’hier et ceux d’aujourd’hui sur les cas de corruption pr?sum?e dans l’administration publique confirment que des m?canismes privent l’?tat de ressources qui devaient ?tre utilis?es dans l’am?lioration des conditions de vie de la population. On comprend aussi pourquoi le bon fonctionnement de la justice est le cadet des soucis de nos autorit?s.

Comme la Cour sup?rieure des Comptes et du Contentieux administratif hier dans le dossier des fonds PetroCaribe, l’ULCC met aujourd’hui la justice face ? ses responsabilit?s. Cette justice va-t-elle enfin se r?veiller?

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.