Lutte contre la contrebande, Michel Patrick Boivert annonce des mesures

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<>, a confie en conference de presse le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Patrick Boivert, le 27 avril dernier. <>, a fait savoir le grand argentier de la republique, qui annonce egalement la cooperation avec des instances internationales pour avoir des informations. <>, a explique le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Patrick Boivert.

<>, a affirme le ministre de l’Economie et des Finances.

Le Nouvelliste a appris de plusieurs sources que pour lutter contre la contrebande au niveau de la frontiere terrestre avec la Republique dominicaine, les autorites envisagent la possibilite de mobiliser la Polifront aux cotes des douaniers dont l’armement est limite. Cependant, nos sources ont souligne que cette lutte pour capter quelque 600 millions de dollars l’an au profit du Tresor public, de la population, ne devrait pas concerner que la frontiere. <>, a indique notre source, qui souligne que le gouvernement est au carrefour de choix difficiles. <>, a confie cette source, soulignant que les attaques de gangs contre l’APN de Port-au-Prince ne sont jamais anodines.

Le journal avait appris que dans le cadre de cette lutte contre la contrebande, plusieurs entites de la communaute internationale devraient appuyer Haiti comme la CNUCED, une agence des Nations Unies qui s’occupe, entre autres, de la lutte contre les produits illicites. Cette agence doit avoir des representants en Haiti. Elle pourra nous aider a recueillir des informations sur le commerce. Cela nous permettra d’avoir des donnees sur les volumes entrant par container et les valeurs en douane >>, avaient indique nos sources. <>, avait-elle poursuivi.

Interrogee sur la participation des Etats-Unis dans cet effort pour stopper cette hemorragie et permettre a Haiti de collecter ces ressources a la douane, une institution captee par une nebuleuse mafieuse, arrimee a des fonctionnaires, des politiques et des gens du milieu des affaires, cette source avait soutenu que les Americains aideraient dans cette lutte contre la contrebande et le trafic illicite d’armes et de munitions.

Au debut du mois de mars, l’immigration, les douanes et le Departement de la Securite interieure des Etats-Unis ont officiellement ouvert un bureau permanent de Home Security Investigation (HSI), a l’ambassade des Etats-Unis a Port-au-Prince, en Haiti, avait revele un communique, 2 mars 2022.

HSI Port-au-Prince developpera et favorisera des relations avec les partenaires des institutions haitiennes chargees de l’application de la loi du gouvernement hote pour echanger des informations, coordonner et soutenir les enquetes, et faciliter les actions d’application de la loi et les poursuites pour dissuader les organisations criminelles transnationales, les gangs, la contrebande, lit-on dans ce communique. HSI Port-au-Prince travaillera avec ses homologues en Haiti pour identifier et cibler les sources d’approvisionnement et lutter contre la contrebande.

Quelque temps apres l’ouverture de cette antenne, dans le budget des Etats-Unis pour l’exercice en cours, l’administration Biden veut des actions en Haiti contre des contrebandiers, des corrompus. Peu avant son depart d’Haiti, le charge d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis en Haiti, Kenneth H Merten, interroge par Le Nouvelliste sur l’application de cette loi, avait indique que l’ambassade prend tres au serieux les instructions du president Biden. <>, avait repondu Merten.

Interroge mercredi 4 mai 2022 par Le Nouvelliste sur la volonte annoncee par le Premier ministre Ariel Henry dans la lettre de cadrage du <> 2021-2022 (non encore presente au public) de lutter contre la contrebande, le vice-president de la Banque mondiale pour l’Amerique latine et les Caraibes, Carlos Felipe Jaramillo, dit appuyer ces objectifs. <>, a-t-il poursuivi.

Selon Carlos Felipe Jaramillo, la signature d’un Staff Monitored Program (SMP) avec le FMI <> pour Haiti. Ce sera un pas important qui enverra un signal positif a la population, aux investisseurs, aux donateurs qu’il y a une volonte de bonne gestion macro-economique. <>, a dit Carlos Felipe Jaramillo, qui appelle a une solution au probleme politique et au probleme securitaire par le gouvernement et les partenaires de developpement et d’autres partenaires d’Haiti.