Maison incendiée à Saint-Pierre : l’arrivée « tardive » des pompiers critiquée

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Wendy Noel
[email protected]

De la maison, il ne reste aujourd’hui plus que l’ossature calcinée. • JEAN-MARC ETIFIER

Dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 décembre, Justin et Maximilienne Artous ont tout perdu dans l’incendie de leur maison à Saint-Pierre. Un feu qui aurait été provoqué par leur petit-fils et qui, selon leurs dires et ceux de voisins, aurait pu être circonscrit si les pompiers étaient arrivés plus rapidement. 

Quatre jours après l’incendie, l’odeur de brûlé
prend encore au nez. « Cela m’incommode trop, je ne passe plus
par là depuis », raconte d’ailleurs une voisine. À l’intérieur
de la maison calcinée, située à l’angle des rues Royal et des
Raquettes à Saint-Pierre, des objets divers et variés, recouverts
de cendre, jonchent le sol. À l’extérieur, deux voitures garées ont
elles aussi subi les assauts des flammes.

Seules les fleurs blanches et violettes agrippées
au mur soutenant la terrasse témoignent de l’entretien encore
récent accordé à cette propriété. « Les touristes s’arrêtaient
parfois, la maison était très bien entretenue. Là, toutes les
plantes ont brûlé », lâche Maximilienne Artous, la
propriétaire des lieux, qui a tout perdu dans l’incendie de sa
maison dans la nuit du 29 au 30 décembre dernier. La Pierrotine
vivait là avec son mari Justin Artous depuis quarante ans. Une
demeure qu’ils avaient récemment rénovée et qui, en quelques
heures, a été dévorée par les flammes. Ne reste désormais plus que
l’ossature du bâtiment. 

« Les pompiers ont mis 1h30 à
venir »

Vers 1 heure du matin vendredi…

NewsAmericasNow.com