Martissant six mois apres, la guerre des gangs se poursuit, les forces de l’ordre tenues en echec

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

<>, decrit au Nouvelliste le juge de paix Moise Jean. Le bus qui transportait 38 personnes a ete attaque a Martissant 4 par des hommes armes qui ont ouvert le feu sur le vehicule qui se rendait a Carrefour. <>, a rapporte le juge au Nouvelliste.

Le Nouvelliste a appris que les centres hospitaliers de Carrefour n’ont pas actuellement les moyens necessaires pour prendre en charge les blesses et il est impossible de transporter dans d’autres centres hospitaliers a Port-au-Prince a cause de la guerre des gangs a Martissant.

Le 1er juin dernier, les gangs armes de Grand-Ravine, de Village-de-Dieu et de Tibwa sont entres en guerre. Six mois apres, les affrontements entre ces groupes armes se poursuivent a Martissant et a Fontamara. Un conflit sanglant qui a deja fait un nombre incalculable de victimes au sein de la population civile et des milliers de deplaces. Les ecoles, les entreprises, les hopitaux, les habitants ont tous abandonne ce quartier de Port-au-Prince. Incapables de reprendre le controle de la situation dans cette zone, six mois apres, les autorites donnent l’impression qu’elles ont tout simplement abandonne cet important troncon de la route nationale numero 2 qui relie quatre departements a la capitale.

Martissant devient un veritable cimetiere a ciel ouvert. Les chiens et les porcs depecent les cadavres des gens tues dans cette guerre entre gangs armes pour le controle de ce territoire voisin de la Primature, du Parlement et du Palais national. Si la police nationale a pu empecher les groupes armes d’occuper le sous-commissariat de la zone, elle n’a cependant jamais pu faire fonctionner son local comme avant le 1er juin dernier. Sur la route principale a Martissant et a Fontamara des individus armes ne se cachent plus. Ils se pavanent armes jusqu’aux dents en toute quietude.

Le mercredi 1er decembre, qui a marque les six mois de ce conflit arme, la situation etait particulierement tendue a Fontamara dans la zone de Cite Cabrit, controlee par le gang de Tibwa. Le gang de Village-de- Dieu a debarque dans ce quartier en semant la terreur. Jusqu’a present, Le Nouvelliste n’etait pas en mesure de confirmer s’il y a eu des pertes en vies humaines.

Six mois depuis que les forces de l’ordre sont tenues en echec par les bandits qui tuent, kidnappent, violent, depouillent les passants a Martissant et a Fontamara. Les vehicules blindes de la police remarques notamment devant le sous-commissariat ne dissuadent nullement les bandits.

<>, s’insurge un journaliste, qui habitait a Martissant depuis de nombreuses annees.

<>, a-t-il tance.

Selon le journaliste, les autorites pouvaient eviter cette catastrophe humanitaire a Martissant. <>, a-t-il denonce.

Comme ce confrere de la presse, ils sont des milliers de gens qui ont du fuir Martissant et Fontamara depuis le debut des affrontements entre les gangs armes.

Certains d’entre eux se sont refugies au centre sportif de Carrefour. Au depart, ils etaient plus de 1 500 deplaces. Aujourd’hui, ils sont environ 900 qui vivent encore dans la promiscuite. Six mois apres, ces deplaces perdent tout espoir de retourner un jour chez eux.

Des hopitaux sans medecins a Carrefour

Toutes les structures sanitaires ont, depuis des mois, abandonne Martissant. Medecins sans frontieres a ete le dernier a quitter la zone apres avoir ete attaque par des bandits. A Carrefour, les hopitaux fonctionnent souvent sans la presence de medecins qui ne peuvent pas traverser Martissant. <>, a rapporte le Dr Jean-Robert Regis, responsable du centre hospitalier de Bizoton a Carrefour, soulignant que depuis plusieurs mois, les ambulances refusent de passer a Martissant pour venir prendre des malades a Carrefour.

<>, a lance le Dr Jean-Robert Regis.

La guerre des gangs a Martissant et Fontamara asphyxie Carrefour

Outre le centre sportif de Carrefour, la grande majorite des deplaces de Martissant ont trouve refuge chez ou des proches dans cette commune. Une situation qui cree une pression demographique sur cette municipalite deja en proie a toutes sortes difficultes structurelles. Pire encore, en raison du blocage de la route de Martissant, Carrefour a un serieux probleme d’approvisionnement en oxygene medical, en medicaments et en produits de premiere necessite.

<>, s’est plaint Jude Edouard Pierre, le maire de Carrefour, soulignant que sa municipalite vit un moment pour le moment complique.

Puisqu’il n’y a pas d’activites economiques dans la zone, les recettes communales sont reduites en peau de chagrin. <>, a soupire Jude Edouard Pierre qui a critique le gouvernement d’avoir abandonne Martissant.

A Carrefour, les prix des produits de premiere necessite grimpent. Quand la route n’est pas totalement bloquee, les gangs armes exigent un droit de passage aux camions qui transportent des marchandises. Sinon, ils les detournent et les pillent.

De la 5e avenue a Fontamara, ce troncon est devenu en six mois une zone fantome et a haut risque. Les autorites semblent n’avoir pour le moment aucune solution pour reprendre le controle de la situation. Personne n’est en mesure de dire ni de faire une estimation des personnes tuees en six mois dans cette guerre sanglante entre les gangs armes.