Maurice L?once, un centenaire ? <>

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Po?te lyrique, les images po?tiques de Maurice L?once naissent de la mer. Mais la mer n’est pas le centre du po?me : elle en est atmosph?re, en nourrit le vocabulaire, elle en est la m?taphore. La recherche de la musicalit? des vers est au coeur m?me de sa d?marche.

<< J?r?mie se r?veille en souriant

Sous les rayons du soleil tropical.

Dans sa longue et soyeuse chevelure >>.

Ici la ville est m?tamorphos?e, personnifi?e. Ville de silence et de puret?. Ville d’amour. Quoi de plus beau qu’un po?te qui chante sa ville ? Les vers de L?once nous rappelle ce fameux vers d’Emile Verhaeren <>. Dans les po?mes de L?once tous les vers, toute la musique de son po?me va vers les villes. Vers les hommes et le soleil.

“Quand tu es bless?e

Et souffrante, J?r?mie,

La belle <> de nos coeurs,

Ce sont toutes les pleures de nos corps qui saignent” p. 75

Si on devait faire une liste des po?tes qui ont chant? leur ville, rien qu’en Europe, la liste serait infinie. D’?mile Verhaeren, en passant par ?luard, Aragon, Robert Denos, Jacques Pr?vert, et tant d’autres po?tes, tous ont d?crit l’?clat de leur ville. Claude Pierre est rest? toute sa vie ce petit gar?on qui attendait Simbi au bord de la rivi?re Lacombe ? Corail ; Jean-Claude Fignol? a chant? Abricots, Josaphat Robert-Large a ?crit pour J?r?mie, sa ville natale. Ces trois po?tes sont partis la m?me ann?e en 2017, presque ? la m?me p?riode que le barde jacm?lien. Si Ren? Depestre a immortalis? la ville de Jacmel, Maurice L?once, comme ses trois confr?res grand’anselais a d?di? ce livre ? sa ville natale et ? tout le d?partement de la Grand’Anse.

Dans <>, L?once nomme la r?alit? j?r?mienne. D’un po?me ? l’autre, il identifie le manque et l’absence. Il chante pour sa ville. Il c?l?bre l’?clat de la beaut? <> qui le captive et le s?duit. L?once lance son <> : d’abord inventer l’avenir, cr?er un pays dont le destin serait li? ? celui de la Grand’Anse. Maurice L?once s’est fait guetteur d’aurore et il a puis? dans les mots des lumi?res nouvelles.

<< La lune, qui se l?ve, lumineuse,

Donne ? la mer immense un reflet argent?.

La nuit est si belle et radieuse qu’on a

L’impression d’y r?ver >>.

Dans ce livre, les lecteurs de J?r?mie reconna?tront des d?cors, des constructions, des accessoires, des noms qui appartiennent ? leurs vies ou ? leurs r?ves. Ils retrouveront dans ce livre des plages qu’ils fr?quentent ou qu’ils ont fr?quent?es.