Micha?lle Jean estime que les pays comme le Canada devraient prendre leurs responsabilit?s

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

(Ottawa) L’ancienne gouverneure g?n?rale Micha?lle Jean estime que les pays riches doivent admettre les erreurs qu’ils ont commises en Ha?ti et faire pression sur l’?lite de la perle des Antilles pour qu’elle trouve une issue ? la crise humanitaire actuelle.

<>, a d?clar? Mme Jean en fran?ais, lors d’une longue entrevue avec La Presse Canadienne.

Des pays comme le Canada doivent assumer la responsabilit? d’avoir introduit des politiques ?conomiques d?bilitantes en Ha?ti et d’avoir expuls? les criminels qui ont sem? le chaos ? Port-au-Prince, selon elle.

<>, a affirm? Mme Jean.

Mme Jean est n?e en Ha?ti et a ?t? une envoy?e sp?ciale de l’UNESCO pour ce pays apr?s avoir ?t? la repr?sentante de la reine au Canada.

Des gangs violents et belliqueux ont pris le contr?le de la capitale ha?tienne ces derniers mois, agressant sexuellement des femmes et des enfants et limitant l’acc?s aux soins de sant?, ? l’?lectricit? et ? l’eau potable.

Des centaines de personnes ont ?t? tu?es et kidnapp?es par des gangs qui ont combl? un vide politique en Ha?ti, qui n’a pas tenu d’?lections depuis plusieurs ann?es.

En juillet 2021, le pr?sident Jovenel Mo?se a ?t? assassin? apr?s une r?pression contre les institutions d?mocratiques ha?tiennes, dossier pour lequel l’Occident aurait d? intervenir, au lieu de permettre ? M. Mo?se d’offrir l’impunit? aux gangs, croit Micha?lle Jean.

<>, a-t-elle affirm?.

Apr?s son assassinat, le Canada s’est joint aux ?tats-Unis, ? la France et ? l’ONU pour reconna?tre l’alli? non ?lu du pr?sident Mo?se, Ariel Henry, comme premier ministre, qui, selon Mme Jean, n’a jamais eu de l?gitimit? aux yeux du peuple ha?tien.

Un an plus tard, alors que les gangs prenaient le contr?le de la capitale, M. Henry a appel? ? une intervention militaire internationale pour permettre l’aide humanitaire et cr?er des conditions suffisamment s?curitaires pour organiser des ?lections.

Les ?tats-Unis appuient l’id?e, soutenant qu’elle pourrait endiguer une crise migratoire croissante et emp?cher les gangs de d?stabiliser l’ensemble des Cara?bes.

Washington a d?clar? que le Canada serait un pays id?al pour diriger une telle force. Le premier ministre Justin Trudeau a toutefois r?pondu qu’Ottawa n’agira que sur la base d’un consensus politique des Ha?tiens.

Selon Mme Jean, cela signifie avoir un accord entre M. Henry et des groupes de la soci?t? civile qui ont exig? sa d?mission.

Mme Jean a dit soutenir la d?cision des lib?raux de sanctionner 13 membres de l’?lite politique et ?conomique d’Ha?ti, affirmant que c’?tait l’une des rares fois o? les responsables de la traite des ?tres humains et du commerce des armes ont ?t? cibl?s.

<>, a affirm? l’ex-secr?taire g?n?rale de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Les ?tats-Unis ont ?galement sanctionn? certaines des m?mes personnes. La France devrait aussi embo?ter le pas pour faire pression, estime Mme Jean.

Elle a ?galement d?clar? que les pays riches doivent assumer les politiques qui ont sem? l’instabilit? en Ha?ti, soit des r?formes ?conomiques ayant conduit ? l’effondrement des secteurs agricoles et leur aveuglement volontaire lorsque les dirigeants appuyant les ?tats-Unis minent la soci?t? civile.

<>, a affirm? Mme Jean.

Elle faisait partie des dizaines de signataires de haut niveau d’une lettre ouverte publi?e cette semaine en fran?ais, intitul?e <>.

La lettre soutient que le pays a besoin d’une aide internationale pour ?viter de devenir un ?tat d?faillant.

Parmi les signataires figurent le pr?sident s?n?galais Macky Sall, qui pr?side actuellement l’Union africaine, l’ancien secr?taire g?n?ral adjoint des Nations Unies Adama Dieng et les anciens chefs de gouvernement du Tchad, du Mali, du Nigeria et de la R?publique centrafricaine.

La lettre note que la quasi-totalit? de la population ha?tienne descend d’esclaves amen?s d’Afrique et que le pays a ?t? le premier ? renverser avec succ?s un gouvernement colonial en 1804.

<>, peut-on lire dans la lettre.

Lorsque le pays a ?vinc? les Fran?ais, Paris a impos? une dette ?crasante pour indemniser les propri?taires d’esclaves. Le pays a fait face ? une s?rie d’invasions, de gouvernements corrompus et de d?forestation.

<>, ?crivent les signataires.

<>, poursuivent-ils plus loin.

Mme Jean a expliqu? que cela pourrait signifier de cr?er des institutions dirig?es par des Ha?tiens et fournir un soutien technique.

Elle a dit avoir vu des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des agents provinciaux donner une formation ? la police locale qui les a aid?s ? mieux r?ussir ? ?liminer le crime que leurs pairs qui avaient ?t? form?s par les Casques bleus de l’ONU.

<>, pr?viennent les auteurs de la lettre.

Dylan Robertson/La Presse

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.