Mobilisation anti-gouvernementale: des manifestants fustigent le comportement des policiers

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Des manifestants fustigent le comportement jugé inhumain des policiers dans les mobilisations anti-gouvernementales.

Ce lundi 5 février 2024, des activistes, militants politiques ont foulé le macadam en vue d’éxiger le départ du docteur Ariel Henry de la Primature. À l’Initiative de plusieurs structures politiques, Port-au-Prince a été l’un des foyers de mobilisation anti-gouvernementale. Aux environs de 10 heures du matin, des pneus enflammés étaient remarqués sur la route de Delmas, Canapé-Vert, entre autres, ce qui avait provoqué la paralysie des activités commerciales.

Peu de temps après, des manifestants étaient remarqués sur la chaussée. Dans leur discours, ils éxigeaient le départ sans conditions du docteur Ariel Henry et son équipe gouvernementale au plus tard le 7 février prochain. “Nous serons à travers les rues jusqu’à ce que Ariel Henry démissionne de son poste” déclare le Secrétaire Général du parti Pitit Desalin, Moïse Jean-Charles qui encourage une fois de plus les citoyens de manifester avec violences.

Arrivés à Delmas 60, une patrouille du Corps d’Intervention de Maintien d’Ordre (CIMO) a dispersé la foule en faisant usage abusif de gaz lacrymogène, un comportement qui a mis en colère des manifestants qui ont lancé des pierres dans toutes les directions. Face à cette situation, les policiers ont dû laisser la zone.

Il faut dire également qu’à l’initiative du parti politique les Engagés pour le Développement (EDE), un sit-in a été organisé par devant les locaux de la Primature à Musseau. En réaction, les policiers ont fait usage abusif de gaz lacrymogène pour disperser la foule qui n’était pas en grand nombre. En réaction, le docteur Claude Joseph a vivement critiqué le comportement jugé inhumain des policiers.

À lire aussi :

Tennis: Dominique Coicou domine Fabien Mevs en finale et remporte la 1ère édition de l’Access Haiti Open