Nous sommes tres mal barres

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Neuf mois apres l’assassinat du president Jovenel Moise, Haiti continue sans repit sa descente aux enfers. Les opposants d’hier, aujourd’hui au pouvoir, oublient deja les promesses d’ameliorer les conditions de vie de la population haitienne qu’ils faisaient lorsqu’ils combattaient Jovenel Moise par tous les moyens. Comme sous la gouvernance de Jovenel Moise, le pays continue son saut vers l’inconnu.

Si le Premier ministre Ariel Henry, entoure des anciens adversaires politiques de Jovenel Moise, dispose des pleins pouvoirs, il est jusqu’ici incapable de resoudre le plus petit de nos problemes. L’insecurite, notamment le kidnapping, l’augmentation de facon demesuree du cout de la vie, le black out, l’insalubrite… constituent le lot quotidien des Haitiens. Personne ne sait ou l’equipe en place conduit le pays. On ne sait meme pas combien durera le temps de service du Premier ministre Ariel qui detient le pouvoir executif, le pouvoir legislatif et peut-etre le pouvoir judiciaire.

Dans les conditions actuelles, il est meme inutile de se demander quand le pays disposera de dirigeants legitimes et constitutionnels. Cela doit passer par des elections libres. Celles-ci exigent un Conseil electoral credible, des conditions meme minimales de securite et une entente entre les acteurs. Nous sommes loin, meme tres loin d’un tel scenario.

Le CEP de consensus annonce depuis un certain temps par le chef du gouvernement tarde a voir le jour. Entre-temps, Ariel Henry reitere sa volonte de changer la Constitution. Lui seul sait comment il procedera.

Si le Premier ministre Ariel Henry et ses allies peinent a redonner confiance a la population, les autres secteurs, apparemment fatigues avec son immobilisme, tardent a degager une alternative. L’accord de Montana, qui avait fait naitre beaucoup d’espoir chez certains, n’a toujours pas les moyens de sa politique. On ne sait pas ce que deviennent le president et le Premier ministre designes dudit accord. Une note du Bureau de suivi de cet accord a annonce avoir rencontre la sous-secretaire d’Etat adjointe americaine au bureau des affaires de l’hemisphere occidental, responsable des relations avec les Caraibes, Barbara Feinstein, le mercredi 6 avril 2022 sur la crise politique. Dans la photo de la rencontre publiee dans la presse, les deux elus de l’accord de Montana n’ont pas ete remarques.

Depuis l’assassinat de Jovenel Moise, on ne compte plus les rencontres entre des acteurs haitiens et des representants de la communaute internationale sur la crise. Apres chaque rencontre, c’est toujours le meme refrain : il faut un accord interhaitien pour resoudre la crise. La lecon a-t-elle ete apprise a la rencontre du 6 avril ? Aucun signe ni du cote du gouvernement ni du cote du Bureau de suivi de l’Accord de Montana ne le prouve encore. Nous sommes toujours dans la logique de tuer le temps.

Avant meme les declarations d’adieu du charge d’affaires americain Kenneth Merten, tout le monde savait que c’est l’intransigeance des uns et des autres qui nous conduit au chaos. Avec, bien sur, le support de la communaute internationale. Apres les declarations du representant des Etats-Unis a Port-au-Prince, nos leaders politiques et les chefs de file des organisations de la societe haitienne seront-ils capables d’agir en responsables ?