OEA : Luis Almagro critiqu? apr?s ses critiques

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le chef de l’Organisation des ?tats am?ricains, Luis Almagro, une semaine apr?s avoir reproch? ? la “communaut? internationale” de contribuer ? la descente d’Ha?ti dans le chaos, a ?t? pouss? dans les cordes par des repr?sentants de certains pays qui n’ont vraisemblablement pas partag? son analyse.

Hugh Adsett, repr?sentant du du Canada, a dit que l’OEA devrait jouer davantage le r?le de facilitateur que celui de critique. <>, a d?clar? M. Adsett, faisant r?f?rence ? l’incapacit? du gouvernement provisoire d’Ha?ti et d’une coalition dirig?e par la soci?t? civile — la Commission pour la recherche d’une solution ha?tienne ? la crise, connue sous le nom de groupe Montana — ? trouver un accord politique qui permettrait la tenue d’?lections, peut-on lire dans le Miami Herald.

M. Adsett a d?clar? que le Canada avait <>. <>, a-t-il dit. <>

Il y a ?galement eu des r?ticences de la part du Chili, du Costa Rica et du Mexique, dont les repr?sentants ont cit? des efforts r?cents pour aider et ont dit que les Ha?tiens ont un r?le ? jouer dans la r?solution de leur crise en cours.

Les ?tats-Unis, qui tentent de rester neutres, ont continu? ? appeler les Ha?tiens de l’?tranger, le secteur priv? et les politiciens ? travailler ensemble pour trouver une voie ? suivre qui permettrait la tenue d’?lections <>. <>, a d?clar? le repr?sentant am?ricain. <>, selon le Miami Herald.

<>, a-t-il dit. <>, a ajout? M. Sanders. <>, a-t-il dit.

La r?union sp?ciale de mercredi s’est tenue ? la demande du ministre ha?tien des Affaires ?trang?res, Jean Victor G?n?us, ? la suite de la critique publique formul?e par Almagro – une critique qui a ?t? rejointe par d’autres personnes accusant publiquement la communaut? internationale d’ignorer les crises croissantes d’Ha?ti, ? savoir les gangs arm?s, les enl?vements, la faim croissante et les migrations.

Dans une d?claration de quatre pages publi?e la semaine derni?re sur Twitter et sur le site web de l’OEA, M. Almagro a accus? la communaut? internationale d’avoir failli ? ses obligations envers Ha?ti avec ses <> et de ne pas avoir contribu? ? la mise en place des institutions du pays. Il a ensuite accord? une interview exclusive au Miami Herald, d?clarant que la communaut? internationale s’?tait retir?e d’Ha?ti ? un moment o? le pays est confront? ? des institutions faibles, ? l’?rosion de l’?tat de droit, ? l’absence de gouvernement ou de pr?sident ?lu et ? des gangs criminels plus puissants. Parmi les politiques qui ont contribu? ? la situation actuelle, il y a la pression exerc?e tant ? l’int?rieur qu’? l’ext?rieur de cette nation troubl?e pour le retrait des troupes de maintien de la paix des Nations unies il y a tout juste trois ans. <>, a d?clar? Almagro mercredi. <>

Le chancelier ha?tien, Jean Victor G?neus n’a pas r?pondu directement aux commentaires d’Almagro, mais a plut?t donn? un aper?u de ce ? quoi le pays est actuellement confront?. Ha?ti, a-t-il dit, est soumis ? <>. <>, a-t-il d?clar?.

Roberson Alphonse

Avec Miami Herald

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.