Osny Zidor, etudiante en 5e annee de medecine, tuee par balle a Port-au-Prince

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Sa mere est marchande de legumes en detail le jour et tient un etal de friture de saucisses en soiree pour joindre les deux bouts. Son pere est cultivateur et eleveur. Ils ont tout investi en Osny, la seule des quatre enfants de la fratrie a avoir pris ses etudes vraiment au serieux. Voulant devenir medecin, elle a passe des nuits blanches afin de reussir le concours d’admission a la Faculte de medecine et de pharmacie de l’Universite d’Etat d’Haiti. Apres cinq ans d’etudes dans des conditions tres difficiles a Port-au-Prince, le reve d’Osny Zidor s’est brutalement evapore le samedi 23 avril 2022. Une balle d’un individu arme circulant a moto l’a atteinte alors qu’elle se trouvait dans un minibus assurant le trajet centre-ville/Petion-Ville. Elle est decedee sur-le-champ, d’apres des temoins. Durant des heures, Osny Zidor baignait encore dans son sang sur un trottoir dans le quartier de Bois-Verna.

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe a la rue de l’Enterrement a Petit-Goave ou est nee et a grandi la disparue. Ses parents y habitent encore. <>, sanglote son pere, qui perd une fille <>.

<>

Osny Zidor a fait ses etudes primaires chez les Soeurs Notre-Dame de la Sagesse de Petit-Goave et ses etudes secondaires au lycee Faustin Soulouque de la commune avant d’etre admise a la Faculte de medecine et de pharmacie. <>

Osny fait partie des milliers de jeunes bacheliers qui quittent leur region d’origine chaque annee pour s’installer dans la capitale afin d’entamer des etudes universitaires au prix d’enormes sacrifices souvent ponctues d’humiliation et de deception. Osny rejoint la longue liste des victimes par balle a Port-au-Prince ; la longue liste de ceux et celles partis trop tot qui ne trouveront jamais justice. <>, rapporte deja son pere qui ne se fait pas d’illusion dans ce pays ayant echappe au controle des autorites depuis plusieurs annees.